Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/489

Cette page a été validée par deux contributeurs.


reste ici, je vous en avertis, je pars pour Frohsdorf.

— Ma mère, répondit Gaston, c’est vous qui l’avez voulu, M. Levrault ne fait qu’user du droit que vous lui avez accordé vous-même. Vous avez caressé, vous avez encouragé sa sottise quand il était riche ; le voilà ruiné, il est juste que vous la subissiez. Il s’asseoit aujourd’hui à notre table ; ne vous êtes-vous pas assise à la sienne ? Il prend notre château pour sa maison ; n’avez-vous pas pris son hôtel pour votre château ? Si quelqu’un oubliait les égards qui vous sont dûs, je saurais le rappeler au respect ; mais j’entends à mon tour que la femme qui porte mon nom soit traitée ici sur le même pied que vous.

La marquise baissa les yeux et ne trouva rien à répondre.

Les rôles étaient changés ; M. Levrault