Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/479

Cette page a été validée par deux contributeurs.


léon d’une voix de stentor. Mort et damnation ! Le destin s’acharne donc contre moi. Couler en vue du port ! Ruiné avant d’avoir joui de rien !… Mais vous ne parlez pas sérieusement, vous n’êtes pas ruiné de fond en comble : il vous reste bien quelque chose.

— Il me reste, en Bretagne, un château lézardé, où je vous offre à tous un asile.

— Moi, vous suivre en Bretagne ! moi, vivre dans un repaire d’aristocrates ! Jamais, s’écria Timoléon. Solon Marche-Toujours va se remettre en route. Puisque vous n’avez pas cent mille écus à me donner pour enseigner pacifiquement la vérité sociale, à la grâce de Dieu ! je reprends mon fusil ; j’aurai toujours une place à la table et sous le toit de mes frères.

Huit jours après, Laure et Gaston, M. Levrault et la marquise partaient tous quatre dans la diligence Laffitte et Gaillard. Laure