Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/477

Cette page a été validée par deux contributeurs.


avec moi sur ce ton-là, je ne céderai pas un pouce de mes prétentions. Je veux cinq cent mille francs, je les aurai, et plus tard je compterai avec ma sœur.

— Allons donc ! interrompit la marquise avec dédain.

— Ma mère, brisons là, dit Gaston.

Et se tournant vers Timoléon :

— Faites valoir vos droits, monsieur ; ce n’est pas à nous de les juger. Permettez-moi cependant d’éprouver quelque surprise en vous écoutant. Les principes que vous professez, votre apostolat, annonçaient un peu plus de désintéressement.

— Nous ne sommes plus au temps, reprit Timoléon, où les apôtres marchaient pieds nus à la conquête du monde. Aujourd’hui, l’or est un levier, et je manquerais à mon apostolat en ne réclamant pas la richesse qui m’appartient.