Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/350

Cette page a été validée par deux contributeurs.


je pensais à me rallier, si ma mère le savait, elle me donnerait sa malédiction.

En ce moment la porte s’ouvrit, et un jeune homme élégant, en habit de cheval, la cravache à la main, frappa familièrement sur l’épaule de Gaston. Gaston, qui ne comprenait rien à l’insistance de son beau-père et ne devinait pas quelle importance M. Levrault pouvait attacher à de pareilles questions, s’excusa en deux mots, et sortit. M. Levrault, pâle, muet, stupide, était retombé dans son fauteuil. En entendant crier sur ses gonds la porte de la cour, il se leva machinalement et se mit à la fenêtre : son gendre, fièrement campé sur un cheval pur-sang, partit au pas, et salua du bout de sa cravache.

M. Levrault ne fit qu’un bond de l’appartement de Gaston à l’appartement de la marquise ; la marquise venait de sortir. Il de-