Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/289

Cette page a été validée par deux contributeurs.


grandes familles demeurées fidèles au culte du passé, vous assurez votre fortune politique ? C’est bien simple pourtant. Vous ralliez votre gendre, vous attachez à la couronne de juillet un fleuron dérobé à celle de saint Louis. Cela fait, pensez-vous que la nouvelle cour ait quelque chose à vous refuser ?

— Mais, madame la marquise, s’écria M. Levrault, qui avait tressailli comme un coursier généreux au son du clairon, l’aristocratie dont vous parlez est bien trop entêtée…, trop chevaleresque, ajouta-t-il se reprenant avec respect, pour adhérer jamais au gouvernement de 1830. Si elle s’est obstinée jusqu’ici à bouder au fond de ses châteaux solitaires, ce n’est pas moi qui réussirai à l’en tirer ; ce n’est pas entre mes mains qu’elle abjurera ses rancunes et ses croyances.

— Mon ami, dit en souriant la marquise, on se lasse de tout, même de l’ennui. L’en-