Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/230

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sauveur ! s’écria le chevaleresque Gaspard, qui cherchait déjà quelque moyen honnête de frustrer l’espérance de tous ses créanciers ; je vais donc pouvoir m’acquitter envers vous !

— Monsieur le vicomte, vous avez à vous préoccuper d’intérêts plus sérieux. Ce qui m’est dû n’importe guère ; acquittez d’abord ce que vous devez à la mémoire de vos ancêtres, répliqua le magnanime Jolibois, qui se demandait si l’heure n’était pas venue de se venger de toutes ses déceptions.

— Ah çà ! demanda le vicomte dont les yeux verts brillaient au soleil comme deux émeraudes, nous les tenons bien, n’est-ce pas, ces petits agneaux du bon M. Levrault ? Ils ne sauraient nous échapper ? Vous en êtes sûr, Jolibois ?

— C’est absolument, monsieur le vicomte, comme si vous aviez dans votre poche les