Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/173

Cette page a été validée par deux contributeurs.


connaître et trembla pour ses gages. Le château se composait d’un tas de pierres éboulées, au milieu desquelles une aile seule restait encore debout ; les beaux-esprits du pays disaient que la maison de Montflanquin ne battait plus que d’une aile. Cette aile obstinée, d’un effet moins rassurant que pittoresque, ne devait pas offrir un abri très sûr lorsqu’il faisait une forte bise. C’était dans cet asile héréditaire que Gaspard venait de loin en loin se reposer des orages de la vie parisienne et se dérober aux importunités de certaines gens. L’intérieur répondait à toutes les idées de luxe et de magnificence qu’éveillait le dehors. Je n’ajouterai rien de plus, par respect pour la mémoire des Baudouin et des Lusignan.

Ce fut surtout à l’heure du dîner que le vicomte sentit toute l’horreur de sa position. Depuis près de trois mois, il prenait tous ses