Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/139

Cette page a été validée par deux contributeurs.


peine ; il voulait ménager à ce vainqueur la satisfaction d’enfoncer des portes ouvertes, de foudroyer des bastions démantelés, et de réduire une place sans garnison. Après avoir exposé ses projets, M. Levrault aborda, par une transition ingénieuse, l’avenir et la destinée du vicomte. Il s’étonnait, il ne comprenait pas que l’héritier d’une si grande famille se condamnât, de gaieté de cœur, à l’inaction, à l’obscurité, au lieu de chercher les moyens de rajeunir l’éclat de sa maison. Le vif intérêt, l’affection presque paternelle qu’il portait à Gaspard, l’autorisaient à lui parler avec sévérité. Eh bien ! Gaspard était coupable ; Gaspard, en s’abandonnant lui-même, trahissait du même coup la mémoire de tous ses ancêtres. Qu’en devaient penser les ombres consternées des Baudouin et des Lusignan ? L’ancien marchand de drap de la rue des Bourdonnais traita toute cette partie