Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


va ! Demain serait donc un beau jour dans la famille, si Alexis n’était pas absent, et si Victorine ne devait pas nous quitter bientôt !


VICTORINE.

Ah ! j’étouffe quand j’y pense ! Madame, ne m’y faites pas penser !


MADAME VANDERKE.

Eh bien, tu as le frisson ? Tu étais si insouciante tantôt, que je t’accusais presque de ne pas nous regretter !


ANTOINE.

Est-ce qu’elle sait ce qu’elle pense ? Elle est si fantasque !


MADAME VANDERKE, observant Victorine.

C’est vrai qu’elle est un peu fantasque… depuis quelque temps… et aujourd’hui, surtout !… Est-ce qu’elle aurait encore la fièvre ?


ANTOINE.

Non, non, elle ne l’a pas eue aujourd’hui.


MADAME VANDERKE, à son mari.

Mon ami, vous qui êtes le médecin de la maison, le seul en qui j’aie confiance, vous le savez ! voyez donc ce soir…


VANDERKE, prenant, en souriant, le bras de Victorine.

Voyons, madame la malade !


VICTORINE.

Oh ! je ne suis pas malade. (À part.) Malheureusement pour moi !


MADAME VANDERKE, à son mari, qui est devenu sérieux en tâtant le pouls à Victorine.

Eh bien ?


VANDERKE.

Elle s’est beaucoup agitée aujourd’hui ; elle a de la fièvre.


ANTOINE.

À cet âge-là, on l’a toujours !


MADAME VANDERKE.

Mais, si elle était malade demain, il faudrait retarder encore la cérémonie. On n’est pas souffrant sans que l’esprit s’en res-