Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée





Scène XVI


VICTORINE, puis SOPHIE.


Victorine continue à rire d’un air égaré, puis elle sanglote, crie et tombe évanouie, sur le fauteuil, à gauche près du guéridon. Sophie revient aussitôt et court à elle.

SOPHIE.

Qu’est-ce donc, mon Dieu ? Victorine ! ah ! je ne m’étais donc pas trompée ! Et lui qui part !

Elle soutient Victorine.



ACTE TROISIÈME


L’appartement de Sophie. — Même décoration qu’au deuxième acte. — Il fait nuit dehors. — Le salon est éclairé par des bougies placées sur les consoles.




Scène PREMIÈRE


VANDERKE, SOPHIE.




SOPHIE, assise près du guéridon, faisant de la tapisserie.

Ah ! mon père ! si, la veille de mon mariage, j’avais été triste et agitée comme elle l’est depuis huit jours, vous n’eussiez jamais consenti…


VANDERKE, assis de l’autre coté du guéridon.

Ma chère enfant, les circonstances sont différentes, les caractères encore davantage. Vous unissez la fermeté à la douceur, vous, et Victorine est faible, irrésolue.


SOPHIE.

Mais si mon frère…


VANDERKE.

Quoi ! votre frère ?