Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



NOËL.

Comme si je ne voyais pas que, depuis ce matin, vos doux yeux n’ont fait que verser des larmes !


REINE.

Qu’est-ce que ça vous fait ? Ça ne vous regarde pas.


NOËL.

Ah ! permettez ! si ! ça me regarde un peu, puisque j’en suis l’auteur.


REINE.

Vous ?


NOËL.

Vous ne voulez pas que je vous en parle ? Vous avez tort ! il faudrait mieux s’expliquer.


REINE.

Parlez donc, je saurai au moins de quoi il s’agit.


NOËL.

C’est ça ! causons ! (Il la fait asseoir sur le banc.) Voyez-vous ma belle amie… je ne vous en veux pas, moi ! C’est pas votre faute ! Dans ces histoires-là, c’est toujours la faute de ceusse qui ne sont pas la prudence même… qui laissent tomber par-ci, par-là une œillade sans penser à mal, un mot flatteur sans se méfier d’eusse !… La jeunesse s’y trompe, à votre âge…


REINE.

Eh bien, quoi donc ? qu’est qu’il y a ?


NOËL.

Il y a, il y a… Dame ! c’est toujours un plaisir, un honneur à tout le moins, qu’une jolie fille comme vous… car vous êtes jolie, et, quant à ça, ceusse qui diraient le contraire…


REINE, impatientée.

Merci ! après ?


NOËL.

Après… après… Écoutez donc, il ne faut pas vous fâcher, mais ça ne se peut pas ! la, vrai, ça ne se peut pas.