Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



PIERRE, assis dans le fauteuil, avec dédain.

Comment ! c’est vous ? Je vous fais mon compliment ! Il tourne le dos et lutte contre son dépit, sans pouvoir le cacher.


BIENVENU, stupéfait.

Ah çà ! mais c’est qu’elle n’en disconvient pas ! Voilà qui est particulier !… Le prétendu de ma fille ! par esprit de contradiction… par envie, par malice ! Oh ! l’enfer est dans la cervelle des femmes ! (À Noël, qui a un air de modestie risible.) Parlez-donc, vous, là-bas ! Dites-lui tout de suite qu’elle est une folle, une sotte ! Faites-lui honte !


NOËL, d’un air de protection.

Oui, je vas lui parler… à cette jeune enfant !


SUZANNE.

Tenez-vous tranquille ! Il y a de votre faute là dedans ! J’en étais sûre. (À Reine, la repoussant.) Et vous, vous devriez rougir…


REINE, sortant comme d’un rêve.

Oh ! Suzanne, vous aussi ?… Qu’est-ce que vous avez donc tous contre moi ?

Elle va vers le fond en pleurant.

BIENVENU.

Elle le demande ? Sainte Ursule ! elle est timbrée, cette fille-là, et nous serons forcés de la renfermer, si ça continue !

En se retournant, il voit maître Valentin qui vient d’entrer et qui écoute.




Scène XII


Les mêmes, MAÎTRE VALENTIN.




BIENVENU.

Eh bien, qu’est-ce qu’il y a, que vous venez là à pas de loup ?


MAÎTRE VALENTIN.

Enchanté de vous trouver dans la joie… mais désolé de vous apporter une mauvaise nouvelle.