Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



CAMILLE, l’embrassant.

Merci, Flora ! mais c’est impossible. Pour me rétracter après ce que j’ai dit, il faudrait expliquer ce qui s’est passé entre nous. T’humilier devant le marquis ?… (Elle relève sa sœur.) Te faire une situation inacceptable auprès de nous ?… Jamais ! et, d’ailleurs, à quoi bon tout cela ? ne sens-tu pas, au silence du maître, que celui qui est là… va mourir ?

Au moment où elle désigne la chambre de gauche, le marquis en sort.




Scène XII


Les Mêmes, LE MARQUIS, LE PRINCE.



Camille n’ose quitter sa place. Le marquis, moins faible, mais toujours très-pâle, se dégage doucement des mains du prince qui le soutenait et fait un pas vers Camille.

LE MARQUIS.

Signora, je regrette vivement qu’on vous ait causé un moment de trouble et de retard pour cette blessure qui est sans gravité. J’en emporte une plus profonde et plus douloureuse. Vous êtes trop grande et trop bonne pour ne pas me plaindre ; mais ne vous faites aucun reproche. En vous quittant pour jamais, j’ai besoin de vous dire que mon amour-propre n’est point ici en jeu, et que je pars pénétré d’estime et de respect pour votre loyauté.

Il salue et se dirige vers la porte avec le maestro.

FLORA.

Non, monsieur !… Restez, vous dis-je !


CAMILLE.

Flora, que vas-tu faire ! Non…


LE MARQUIS, à Flora, qui veut l’attirer vers Camille.

Ah ! signora, c’en est assez.


LE MAESTRO, à Flora, qui hésite.

Allons, Flora, du courage ! un bon mouvement !