Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



FLORA.

Mes sœurs… oui ! elles m’aiment, je le sens ! mais vous… oh ! vous !…


LE MAESTRO.

Moi, je vous aime aussi, Flora, car je vous défendrai, et croyez bien que l’affection et la protection d’un honnête homme ne sont plus à dédaigner pour vous.


FLORA, à Camille.

Oh ! Dieu ! tu l’entends ! chaque mot qu’il me dit est un coup de poignard ! je n’ai plus droit à l’estime ! un honnête homme ne pourrait plus m’aimer que par pitié, et à cause de loi, peut-être ! (D’une voix étouffée en lui montrant le marquis qui entre par la porte du fond.) Tiens, tiens, regarde ! le voilà !




Scène VII


Les Mêmes, LE MARQUIS.




LE MAESTRO, courant à lui.

Ah ! enfin ! J’étais diablement inquiet de vous !


LE MARQUIS, un peu pâle et essoufflé, après avoir serré les mains du maestro.

Ah ! Camille ! maestro ! chère Nina ! (Regardant Flora.) La voilà ! vous êtes heureuses !


FLORA.

Allons, monsieur le marquis ! puisque vous prenez tant de part aux secrets de la famille, adressez-moi donc votre réprimande !


LE MARQUIS.

Non, signora, tel n’est pas mon rôle ; je m’étais chargé d’arriver à temps pour préserver votre réputation ; j’ai eu le bonheur d’y parvenir. La personne qui avait surpris votre confiance n’en abusera pas. Elle va partir.


LE MAESTRO.

Vous avez donc vu le prince ?