Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



LE MAESTRO.

Qui, moi ? que je coure avec mes jambes après une voiture à six chevaux ?


NINA.

Nous irons tous !


LE MAESTRO.

Ça ne nous fera pas aller plus vite. Nous sommes venus à pied, le marquis et moi. Le remise qui vient tous les jours vous prendre pour aller au théâtre ne sera ici que dans deux heures…


NINA.

Mais, dans le village, on peut louer… Allons-y nous-mêmes !


LE MAESTRO.

Doucement, pas de bruit, pas d’esclandre ! nous ne rattraperons pas la poste avec une carriole de louage. Nina, où peut vouloir aller votre sœur ? Qu’est-ce que vous aviez ce matin sur le bout de la langue ?


NINA.

Elle nous menaçait depuis quelques jours d’accepter un engagement qu’on lui proposait à Naples.


LE MAESTRO.

Par quel intermédiaire ?


NINA.

Elle ne voulait pas le dire.


LE MAESTRO.

Alors, c’est lui.


CAMILLE.

Qui donc ?


LE MAESTRO.

Le prince ! Mes enfants, prenez-en votre parti, votre sœur est perdue !


CAMILLE.

Non !… il est temps de la sauver !


LE MAESTRO, l’arrêtant.

Vous ne la sauverez pas. Elle courra plus vite que vous,