Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



LÉANDRE.

Et vos fonds suffiront ?


COLOMBINE.

À acheter nombre de créances fort véreuses, qui deviendront bonnes entre nos mains.


LÉANDRE.

Les créanciers ont donc la langue… ?


COLOMBINE.

D’un pied de long !…


LÉANDRE.

Et la plupart sont gens… ?


ISABELLE.

De sac et de corde.


PASCARIEL.

Je saisis, je saisis !… C’est ainsi, j’ai ouï dire, que le défunt avait acquis son marquisat…


ISABELLE.

Pas autrement.


LÉANDRE.

Mais, si l’héritière qui, grâce aux dieux, n’a pas le sou, se mettait, par un bon mariage, en position de rembourser…


PASCARIEL.

Diable !


COLOMBINE, à Pascariel.

Voilà pourquoi, imbécile que vous êtes, il ne fallait pas vouloir disloquer son mariage avec ce claque-dent de Pédrolino !


PASCARIEL, d’un air profond.

Oui, nous sommes deux imbéciles !


LÉANDRE.

Plait-il ?


COLOMBINE.

Mais le mal n’est pas grand, et je me charge de les réconcilier ; car, si faim et soif ne s’épousent, nous ne tenons rien !