Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée




ACTE TROISIÈME


Le péristyle de la villa Sbrufadelli ouvrant sur les jardins. Décor de fantaisie, riche et toujours dans le style Watteau. Ce doit être quelque chose entre un intérieur et un paysage où tout le monde peut aller et venir. Porte au fond. Portes latérales. Fauteuils, etc.




Scène PREMIÈRE


LÉANDRE, PASCARIEL.



Pascariel entre par la droite, bâillant et étirant ses bras comme un homme qui vient de s’éveiller. Léandre vient du fond.



LÉANDRE.

Ah ! bélître !… je vous trouve enfin !


PASCARIEL.

Enfin ?… Je présume, monsieur, que, comme moi, vous sortez des bras de Morphée ; j’ai les yeux gros, que je vous vois à peine.


LÉANDRE.

Maître Pascariel, il ne s’agit pas de faire des phrases ! vous allez rendre gorge, ou bien vous serez rossé de la dernière rosserie.


PASCARIEL.

Rendre quoi ? Croyez-vous tout de bon que j’ai soustrait dix mille livres à la succession ?… Ah bien, oui !… Qu’on me fouille, qu’on fouille la rivière, et, si l’on trouve la moindre chose…


LÉANDRE.

Mon ami, vous direz la vérité sous le bâton !… Les valets fripons ressemblent aux noyers : plus ils sont battus, plus ils rendent.


PASCARIEL.

Me battre ? Je ne le souffrirai pas, monsieur, ce serait un affront à la maison où je sers.