Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/376

Cette page n’a pas encore été corrigée





Scène VIII




ARMANDE, seule.

J’ai donc bien fait de demeurer sage, et de dédaigner également petits comédiens et grands seigneurs. Oh ! la gloire !… La vertu, au dire du grand Condé, peut marcher de pair avec la gloire… Oui, mais elles se doivent unir pour obscurcir tout le reste… Molière, Molière !… jaloux, rigide… point jeune… mais tant de gloire !…




Scène IX


ARMANDE, BARON.




BARON, entrant précipitamment.

Voilà Molière qui vient ! allez-vous donc mettre le soupçon dans son cœur et lui montrer ma lettre ? Brûlez-la, oubliez-la, mademoiselle, je vous en supplie !


ARMANDE.

Moi ? Est-ce que j’ai souvenance que vous m’ayez dit ou écrit quelque chose ?


BARON.

Oh ! mon Dieu !




Scène X


Les Mêmes, MOLIÈRE, CONDÉ, MADELEINE, BRÉCOURT, DUPARC, PIERRETTE.




MOLIÈRE, qui entre avec Condé.

Je crois que ce jour-ci est le plus beau de ma vie. Le vainqueur de Nordlingue et de Rocroy s’est souvenu de Molière et l’a voulu serrer dans ses bras, pour l’amour de la morale et de la vérité. Je ne demandais point au ciel d’autre récompense du peu de bien que j’ai pu faire, que l’approbation