Page:Sand - Theatre complet 1.djvu/369

Cette page n’a pas encore été corrigée




Scène V


ARMANDE, BARON.



Armande s’est replacée debout devant la glace et ne se retourne pas quand Baron entre. Celui-ci entre à la dérobée.



BARON, ému.

Ah ! vous voilà seule, mademoiselle Béjart ?


ARMANDE.

C’est vous, Baron ? Qu’est-ce que vous me voulez ?


BARON.

Vous voir un moment, puisque je rencontre l’occasion si belle !


ARMANDE.

Eh bien, après ?


BARON.

Oh ! si c’est la manière que vous avez de me recevoir, je n’oserai jamais vous rien dire !


ARMANDE.

Vous n’avez, ce me semble, rien à me dire que vous ne me l’ayez écrit.

Elle se retourne vers lui et tire un billet de sa poche.

BARON.

Oh ! vous avez reçu mon billet ! vous l’avez lu !… vous l’avez gardé, Armande !

Il veut se jeter à ses genoux ; elle lui tourne le dos et se remet devant la glace.

ARMANDE.

Oui, je l’ai gardé pour le montrer à Molière.


BARON.

Oh ! n’en faites rien, mademoiselle ! vous me voulez donc brouiller avec lui ?


ARMANDE.

Il y aurait de quoi ; car il est fort impertinent pour lui.