Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Parmi les bienheureux ! ajoutait-il, car c’est une sainte ; mais les saintes n’ont pas besoin d’être belles, et ce qu’elles doivent inspirer, avant tout, c’est le respect.

Ma femme avait vivement défendu la figure de Juliette, disant que, pour elle, c’était un idéal, et que, quant à la taille, elle avait l’air d’une fleur après l’orage. Albany avait souri singulièrement. Peut-être avait-il cru, un instant, que nous voulions lui faire épouser Juliette.

Lorsqu’il la vit mise avec élégance, coiffée avec goût et revenue à une manière d’être qui était beaucoup plus d’une duchesse que d’une béguine, il ne put surmonter son étonnement, et, comme il sentit qu’elle s’en apercevait, il perdit son assurance et la salua gauchement.

J’admirai le tact exquis de mademoiselle d’Estorade dans cette rencontre délicate. Elle lui parla la première, sans aucun malaise. Sa figure n’exprima ni joie, ni trouble, ni dépit, mais l’habituelle aménité et cette légère nuance, involontaire à coup sûr, d’indulgence protectrice, qui étaient le fond de son caractère.

Après le café, elle s’assit, avec lui et moi, dans un petit salon qui tenait au grand salon, et lui dit qu’elle avait appris avec satisfaction son prochain mariage.

— Car il paraît, ajouta-t-elle, que c’est ce que l’on appelle un bon mariage. Je vous connais assez pour croire que la personne vous inspire un véritable attachement. Je vous ai, pour ainsi dire, vu placé plusieurs fois entre