Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’étaient là de bons sentiments, et ils étaient sincères. Seulement, je les trouvais associés à un orgueil insensé, peut-être à une fatuité démesurée.

— Tout cela est fort bien pensé et raisonné, lui dis-je. Certes, il vaut mieux renoncer à tous les biens de ce monde que de briser un cœur généreux, et, puisque vous avez la notion du devoir et de la reconnaissance, je suis certain que vous ne seriez jamais heureux avec un pareil remords. Mais permettez-moi de vous dire, d’avance, que vous prenez trop de souci. L’âme de mademoiselle d’Estorade est placée à une hauteur de religion et de dignité qu’aucune résolution de votre part ne saurait compromettre. De sa part, je crois pouvoir, dès à présent, vous dire que vous êtes libre, qu’elle se réjouira avec bonté de tout ce qui pourra vous arriver d’heureux, et que vous avez complétement rêvé des sentiments qui ne sont pas les siens.

Albany garda un instant le silence.

— Oui, je le vois, reprit-il avec hauteur, je vous fais l’effet d’un sot ?

— Non, monsieur, mais d’un présomptueux.

— Alors, il faut que vous preniez connaissance des lettres qui m’ont été écrites depuis trois ans.

— Je les reçois, répondis-je en m’emparant du paquet qu’il me présentait, mais non pour les lire. Quelles que soient les expressions, je m’en tiendrai à l’interprétation