Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À vous seule, je dirai où je suis ; car je ne veux pas que cette malheureuse essaye de me suivre, et je laisserai passer les quelques semaines que j’ai à courir avant d’aller à Nantes, sans paraître devant le public. Je saura bien ainsi dépister cette créature. Adieu, je vous vénère et vous adore ! Ne vous offensez pas de ce mot. N’exprime-t-il pas le respect le plus profond et le plus fervent de votre humble et reconnaissant obligé ?

 » Albany. »

— Sans doute, sans doute, dit Narcisse, vous êtes une sainte ! c’est la vérité ! mais, en attendant, cet homme, qui n’a fait que des sottises et des débauches, vous lâche là, sans façon, un mot que personne de vos parents ou de vos vrais amis n’oserait vous dire. Demoiselle, demoiselle ! il faudrait rompre avec toutes ces écritures-là, ou bien ça mènera votre tête ou votre cœur plus loin que vous ne pensez !

Mademoiselle d’Estorade rougit beaucoup et parut faire un grand effort pour ne pas se montrer blessée d’une admonestation si franche. Je crus devoir prendre la parole, car elle m’avait regardé involontairement, et son regard semblait me dire : « Vous qui paraissez avoir l’usage et l’expérience du monde, ne protesterez-vous pas pour moi contre un pareil doute ? »

Mais, au lieu de le repousser, j’avouai nettement que je le partageais.