Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ciel d’orage. Le tonnerre grondait et la pluie commençait à tomber, lorsque j’entendis une admirable voix d’homme chanter, sous le balcon, le passage du Comte Ory :

Dame de beauté,
Donnez-nous de grâce
L’hospitalité !

» J’ai toujours été enjouée, jamais prude, et, sans songer à reconnaître la voix d’Alban Gerbier, après huit ou neuf ans d’oubli complet, je me mis à rire, en me penchant sur le balcon, pour faire voir au chanteur imprudent la figure et la taille de celle qu’il appelait dame de beauté.

» Il trouva alors dans sa mémoire ou il improvisa un autre fragment musical pour me dire qu’il s’était égaré à la promenade, que la nuit s’annonçait bien mauvaise, et qu’il demandait un abri. Je lui envoyai le père Bondois, mon portier à la ville, mon écuyer à la campagne. On le conduisit chez le fermier, qui l’hébergea, et où il apprit qui j’étais, car nous ne nous étions reconnus ni l’un ni l’autre.

» Je ne le vis pas avant le lendemain matin. Il demanda à me parler au moment où je remontais en voiture pour retourner à mon couvent.

» Il se nomma et me fit connaître sa position précaire, que j’ignorais entièrement. Il s’appelait depuis longtemps