Page:Sand - L Autre.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA COMTESSE.

Ah !… Oui, rends-moi le service d’écrire pour moi, mon cher enfant… Mon bon Castel, jouez-moi quelque chose sur le piano, vous savez, ça réveille mon pauvre esprit qui flotte un peu.

Castel va au piano et joue, très-doux. La comtesse dicte, à voix basse, à Césaire.

MAXWELL, à Barthez, rentrant.

À présent, il faut parler !


BARTHEZ.

Oui… Marcus, écoutez ici !


MARCUS.

Quoi donc ?


MAXWELL.

Parlons bas.


MARCUS.

Qu’y a-t-il, monsieur ?


BARTHEZ.

Il y a que le père d’Hélène… le comte de Mérangis…


MAXWELL.

Est mort.


HÉLÈNE, qui s’est approchée d’eux, étouffe un cri.

Ah !


MARCUS.

Comment savez-vous… ?


MAXWELL, lui remettant une lettre.

Mon confrère et ami, le docteur Windham, m’écrit d’Édimbourg qu’il n’a pu le sauver.


BARTHEZ, à Hélène.

Vous l’avez à peine connu…