Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fondément religieuse, qu’il faut parler de courage et de foi. Vous en avez pour nous tous, pour vous-même par conséquent. Mais le courage et la foi n’empêchent pas la douleur d’être vive et cruelle, et vos amis, en respectant votre vraie piété, n’en plaignent pas moins votre infortune. Que leur affection et leur sollicitude adoucissent, autant que possible, le déchirement de votre âme, et veuillez me compter, monsieur, parmi ceux qui vous portent le plus sincère et le plus fervent intérêt.

GEORGE SAND.


DLXXXIX

À SON ALTESSE LE PRINCE NAPOLÉON (JÉRÔME),
À PARIS


Palaiseau, 1er juin 1865.


Cher grand ami,

Maurice m’envoie pour vous un mot du cœur que je vous transmets.

Si vous étiez un ambitieux, je vous dirais que ce qui arrive est bien heureux pour vous et vous place bien haut ! Mais vous aimez le progrès pour lui-même et vous souffrez quand il s’arrête, même à votre profit. Et puis vous êtes loyal et votre âme souffre d’être méconnue. Je sens tout cela et je suis indignée de