Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment trompé en vous disant que je faisais bâtir des villas. Ma position est des plus modestes et je n’ai pu seulement avoir l’idée qu’on me prête.

Comme la chose par elle-même est bien peu intéressante pour le public, ayez l’obligeance d’écrire vous-même deux lignes de rectification. Je vous en serai reconnaissante.

GEORGE SAND.


DLXXVIII

À M. FRANCIS MELVIL, À PARIS


Paris, 23 décembre 1864.


Monsieur,

J’ai reçu ces jours-ci votre lettre du 7 novembre, après une absence de six semaines et plus. Tout ce que je peux faire pour vous, c’est d’engager la personne chargée dans la maison Lévy de l’examen des manuscrits, à prendre connaissance du vôtre le plus tôt possible. Quant à influencer le jugement d’un éditeur sur les conditions de succès d’un ouvrage, c’est la chose impossible. Ils vous répondent avec raison, que, ayant à faire les frais de la publication, ils sont seuls juges du débit. Ce sont là des raisons prosaïques, mais si positives, que, après avoir essayé plusieurs centaines de fois de rendre des services analogues