Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DLXIV

À M. LUDRE-GABILLAUD, À LA CHÂTRE


Palaiseau, 24 juillet 1864.


Mon ami,

Nous sommes brisés : nous avons perdu notre enfant ! Je suis partie avec un médecin mercredi soir pour Agen, d’où j’ai couru sans respirer à Guillery. Le pauvre petit était mort la veille au soir. Nous l’avons enseveli le lendemain et porté dans la tombe de son arrière-grand-père, le brave père de mon mari, à côté du premier enfant de Solange, mort aussi à Guillery. Un pasteur protestant de Nérac est venu faire la cérémonie, au milieu de la population catholique, qui est habituée à vivre côte à côte avec le protestantisme.

Nous sommes repartis tous le soir même pour Agen, où mes pauvres enfants se sont trouvés un peu plus calmes et ont pris du repos. Hier, à Agen, je les ai mis au chemin de fer pour Nîmes. Ils éprouvent le besoin de voyager et je les y ai poussés. Il fallait combattre l’idée d’emporter ce pauvre petit corps à Nohant pour l’y ensevelir ; et, vraiment, épuisés comme ils le sont tous deux, c’était de quoi les tuer. J’ai pu surmonter cette exaltation, obtenir le résultat que je viens de vous dire et les voir partir résignés et courageux.