Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/185

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans les autres mondes ; ce qui suppose l’imagination encore assez fraîche.

Mais je ne sais pourquoi je te parle de choses réputées tristes, j’ai trop l’habitude de les envisager doucement. J’oublie qu’elles paraissent affligeantes à ceux qui semblent dans la plénitude de la vie. N’en parlons plus et laissons faire le printemps, qui va peut-être me souffler l’envie de reprendre ma tâche. Je serai aussi docile à la voix intérieure qui me dira de marcher qu’à celle qui me dira de m’asseoir.

Ce n’est pas moi qui t’ai promis un roman sur la sainte Vierge. Je ne crois pas du moins. Mon article sur la faïence, je ne le retrouve pas. Regarde donc s’il n’a pas été imprimé à la fin d’un de mes volumes pour compléter la dernière feuille. Ça s’appelait Giovanni Freppa, ou les Maïoliques.

Oh ! mais quelle chance ! En t’écrivant, il me revient dans la tête un coin ou je n’ai pas cherché. J’y cours, je trouve ! Je trouve bien mieux que mon article, et je t’envoie trois ouvrages qui te rendront aussi savant que moi. Celui de Passeri est charmant.

Barbès est une intelligence, certes, mais en pain de sucre. Cerveau tout en hauteur, un crâne indien aux instincts doux, presque introuvables ; tout pour la pensée métaphysique, devenant instinct et passion qui dominent tout. De là un caractère que l’on ne peut comparer qu’à celui de Garibaldi. Un être invraisemblable à force d’être saint et parfait. Valeur immense, sans application immédiate en France. Le milieu