Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


malheur des autres, souvent incurable malgré tous nos soins, voilà ce qui nous rappelle notre solidarité et le bonheur aux prises perpétuelles avec le chagrin, il ne faudrait pas que l’un détruisît l’autre. Le bonheur que nous savons et pouvons nous donner nous rendrait égoïstes et stériles. Le chagrin qui empêcherait notre sagesse intérieure de réagir, nous rendrait amers et lâches. Vivons donc la vie comme elle est, sans ingratitude et sans joie durable et assurée.

Nous ne changerons pas cela. Acceptons-le. Ainsi, vous voilà bien portants pour le moment et incertains de l’époque de votre voyage. Prévenez-m’en toujours une quinzaine à l’avance ; car vous voyez que je ne me fixe pas. Tant que la santé ira, je continuerai à fuir. Fuir quoi ? Peut-être pourrais-je dire qu’à mon âge on a besoin de ne pas trop contempler, sous le même rayon de lumière ambiante, la solennité du vrai.

Mais, au lieu de vous parler de choses de la vie courante, je vous fais un cours de philosophie très opposé peut-être à la disposition d’esprit où vous êtes. Vous voudriez et ne voudriez pas marier votre Solange. Elle ne veut pas ; elle fait comme Maurice, qui se trouvait si heureux par moi, qu’il craignait de ne l’être pas autrement. J’ai dû le tourmenter parce qu’il se faisait tard pour lui. À présent, il est content d’avoir surmonté son appréhension.

Il ne faut pourtant pas qu’une femme attende trop et contrarie la nature, qui reprend sa tyrannie un jour ou l’autre.