Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à droite ou à gauche : son but sanctifie tout. C’est à lui de savoir, après un peu d’expérience, quelles sont les conditions de santé de son âme. Moi, je crois que la vôtre est en bon état de grâce, puisque vous avez plaisir à travailler et à être seul malgré la pluie.

Savez-vous que, pendant que le déluge est partout, nous avons eu, sauf quelques averses, un beau soleil en Bretagne ? Du vent à décorner les bœufs sur les plages de l’Océan ; mais que c’était beau, la grande houle ! et comme la botanique des sables m’emportait ! et que Maurice et sa femme ont la passion des coquillages ! nous avons tout supporté gaiement. Pour le reste, c’est une fameuse balançoire que la Bretagne.

Nous nous sommes pourtant indigérés de dolmens et de menhirs, et nous sommes tombés dans des fêtes où nous avons vu tous les costumes qu’on dit supprimés et que les vieux portent toujours. Eh bien, c’est laid, ces hommes du passé, avec leurs culottes de toile, leurs longs cheveux, leurs vestes à poches sous les bras, leur air abruti, moitié pochard, moitié dévot. Et les débris celtiques, incontestablement curieux pour l’archéologue, ça n’a rien pour l’artiste, c’est mal encadré, mal composé, Carnac et Erdeven n’ont aucune physionomie. Bref, la Bretagne n’aura pas mes os ; j’aimerais mille fois mieux votre Normandie cossue ; ou, dans les jours où l’on a du drame dans la trompette, les vrais pays d’horreur et de désespoir. Il n’y a rien là où règne le prêtre et où le vandalisme