Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


hommes à s’affranchir eux-mêmes en voulant affranchir les autres au même degré.

Vous vouliez me faire des questions, faites-m’en, afin que je vous demande de m’aider à vous répondre ; car je ne crois pas rien savoir de plus que vous, et tout ce que j’ai essayé de savoir, c’est de mettre de l’ordre dans mes idées, par conséquent de l’ensemble dans mes croyances. Si vous me parlez philosophie et religion, ce qui pour moi est une seule et même chose, je saurai vous dire ce que je crois ; politique, c’est autre chose : c’est là une science au jour le jour, qui n’a d’ensemble et d’unité qu’autant qu’elle est dirigée par des principes plus élevés que le courant des choses et les mœurs du moment. Cette science, dans son application, consiste donc à tâter chaque jour le pouls à la société, et à savoir quelle dose d’amélioration sa maladie est capable de supporter sans crise trop violente et trop périlleuse. Pour être ce bon médecin, il faut plus que la science des principes, il faut une science pratique qui se trouve dans de fortes têtes ou dans des assemblées libres, inspirées par une grande bonne foi. Je ne peux pas avoir cette science-là, vivant avec les idées plus qu’avec les hommes, et, si je vous dis mon idéal, vous ne tiendrez pas pour cela les moyens pratiques ; vous ne les jugerez vraiment, ces moyens, que par les tentatives qui passeront devant vos yeux et qui vous feront peser la force ou la faiblesse de l’humanité à un moment donné. Pour être un sage politique, il faudrait, je crois, être imbu,