Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beauté de ses sites et à l’esprit profond, caché sous le symbole de la coupe. Je n’avais ni la liberté ni le moyen d’aller en Bohême, et je me disais que, si je commettais quelques erreurs, la Bohême me les pardonnerait, à cause de l’intention sincère et de la sympathie fervente. Je reste convaincue que le peuple qui a un passé si dramatique et si enthousiaste est et sera toujours un grand peuple.

Agréez, madame, avec mes remerciements, l’expression de mes sentiments affectueux et dévoués.


DCII

À M. DESPLANCHES, À PARIS


Palaiseau, 25 mai 1866.


Mon cher ami,

Vous dites très bien ce que vous voulez dire ; mais votre manière de raisonner peut être mille fois contredite. Ne soyons fiers d’aucune définition ; sur ce sujet-là, il n’y en a pas de bonne. Vous faites de Dieu une pure abstraction ; de là votre certitude. Si Dieu n’était qu’abstraction, il ne serait pas. Il faudra donc, pour que l’homme ait la certitude de l’existence de Dieu, qu’il puisse arriver à le définir sous l’aspect abstrait et concret. Pour cela, il nous faut trouver le troisième terme que vous appelez l’union. Oui, le