Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

Il ne s’agissait pas pour lui de sauver la République par ces moyens extrêmes qu’il n’a mission d’employer que dans les cas désespérés. D’ailleurs, il n’était pas là, le peuple, puisqu’on ne s’est pas battu. Quelques groupes socialistes n’ont pas le droit d’imposer leur système à la France qui recule ; mais, quand je disais, dans l’abominable XVIe Bulletin, que le peuple a droit de sauver la République, j’avais si fort raison, que je remercie Dieu d’avoir eu cette inspiration si impolitique. Tout le monde l’avait aussi bien que moi ; mais il n’y avait qu’une femme assez folle pour oser l’écrire. Aucun homme n’eût été assez bête et assez mauvaise tête pour faire tomber de si haut une vérité si banale. Le hasard, qui est quelquefois la Providence, s’est trouvé là pour que l’étincelle mît le feu. J’en rirais sur l’échafaud si cela devait m’y envoyer. Le bon Dieu est quelquefois si malin !

Mais que M. Ledru-Rollin s’en défende, je le veux de tout mon cœur, et je l’y aiderai tant qu’il voudra. Je l’eusse fait plus tôt s’il ne m’eût dit que cela n’en valait pas la peine. Pourtant, puisque l’accusation de ce fait prend place dans les choses officielles, hâtons-nous de dire la vérité. Ce que je n’accepte pas, c’est que M. Élias Regnault, ou quelque autre (je ne sais pas qui), arrange la vérité à sa manière.

Je t’envoie une lettre que j’ai reçue le 8 ou le 10 juin d’un Anglais qui n’est pas précisément de mes amis, mais qui m’est sympathique. Remets-la à Louis Blanc, et qu’il juge si elle peut lui être utile. S’il veut des