Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
71
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

une lutte extrême où la souveraineté du but lui semble justifier tous les moyens. Époques funestes dans la vie des peuples, que celles où le vainqueur, pour avoir abusé, devient à son tour le vaincu !

Les socialistes du temps où nous vivons ne désirent point les solutions du désespoir. Instruits par le passé, éclairés par une plus haute intelligence de la civilisation chrétienne, tous ceux qui méritent ce titre, à quelque doctrine sociale qu’ils appartiennent, répudient pour l’avenir le rôle tragique des vieux jacobins, et demandent à mains jointes à la conscience des hommes de s’éclairer et de se prononcer pour la loi de Dieu.

Mais l’idée du despotisme est, par sa nature, tellement identique à l’idée de la peur, que la bourgeoisie tremble et menace à la fois. Elle s’effraye du socialisme à ce point de vouloir l’anéantir par la calomnie et par la persécution, et, si quelque parole prévoyante s’élève pour signaler le danger, aussitôt mille voix s’élèvent pour crier anathème sur le fâcheux prophète.

« Vous provoquez à la haine, s’écrie-t-on, vous appelez sur nous la vengeance. Vous faites croire au peuple qu’il est malheureux, vous nous désignez à ses fureurs. Vous ne le plaignez que pour l’exciter. Vous lui faites savoir qu’il est pauvre parce que nous sommes riches. » Enfin ce que le Christ prêchait aux hommes de son temps, la charité, l’amour fraternel, est devenu une prédication incendiaire, et, si Jésus