Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/364

Cette page a été validée par deux contributeurs.
361
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

Une splendide esquisse de fleurs d’un éclat et d’un relief incomparables. Cette esquisse a été également faite pour moi et chez moi.

La Confession du Giaour mourant, un véritable petit chef-d’œuvre.

Un Arabe gravissant les montagnes pour surprendre un lion.

Cléopâtre recevant l’aspic, caché au milieu des fruits éblouissants que lui présente l’esclave basané, riant de ce rire insouciant que lui prête Shakespeare. Ce contraste dramatique avec le calme désespoir de la belle reine a inspiré Delacroix d’une manière saisissante.

Un intérieur de carrières.

Une composition tirée du roman de Lélia d’un effet magique.

Une composition au pastel sur le même sujet.

Enfin, plusieurs aquarelles, pochades, dessins et croquis au crayon et à la plume, voire des caricatures.

Tel est mon petit musée, où le moindre trait de cette main féconde est conservé par mon fils et par moi avec religion de l’amitié.

Si vous croyez ma réponse utile pour votre travail, disposez-en, monsieur, quoique ce soit un bien mince tribut pour une si chère gloire.

Agréez mes remerciements pour la sympathie que vous me témoignez et l’expression de mes sentiments distingués.

GEORGE SAND.