Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/321

Cette page a été validée par deux contributeurs.
318
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

ruine et notre mort, nous sommes dans une de ces phases. Le temps devient le seul maître, le temps qui au fond, n’est que le travail invincible de cette mystérieuse Providence voilée à nos regards. Je prendrai un exemple plus saisissant et je comparerai le peuple, que nous avons essayé d’éclairer, à un enfant très difficile à manier, très aveugle, assez ingrat, fort égoïste et innocent, en somme, de ses propres fautes, parce que son éducation a été trop tardive et ses instincts trop peu combattus ; un véritable enfant, en un mot : tous se ressemblent plus ou moins. Quand tous les moyens ont été tentés, dans l’étroite limite où de sages parents peuvent lutter contre la société corrompue qui leur dispute et leur arrache l’âme de cet enfant, n’est-il pas des jours où nous sentons qu’il faut le laisser à lui-même et espérer sa guérison de sa propre expérience ? Dans ces jours-là, n’est-il pas évident que nos exhortations l’irritent, le fatiguent et l’éloignent de nous ? Crois-tu qu’une œuvre de persévérance et de persuasion comme celle de sa conversion peut s’accomplir par la menace et la violence ? L’enfant s’est donné à de mauvais conseils, à de perfides amis. Faut-il venir sous ses yeux frapper, briser, anéantir ceux qui l’ont accaparé ? Sera-ce un moyen de reconquérir sa confiance ? Bien loin de là ! il les plaindra, il les pleurera comme des victimes de notre fureur jalouse et il leur pardonnera tout le mal qu’ils lui auront fait, par l’indignation que lui causera celui que nous leur ferons. Le moyen le plus sûr et le