Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/316

Cette page a été validée par deux contributeurs.
313
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

suffrage universel. Il a mal fonctionné, tant pis pour nous et pour lui-même. Que nous lui rendions demain son libre exercice, il se tournera encore contre nous, cela est évident, certain. Vous en conclurez, je pense, qu’il faut le restreindre ou le détruire momentanément pour sauver la France. Je le nie ; je m’y refuse. J’ai sous les yeux le spectacle d’une dictature. J’ai vu celle de M. Cavaignac, qui, je m’en souviens bien, ne t’a pas choqué autant que celle-ci, et qui ne valait certes pas mieux. J’en ai assez ; je n’en veux plus. Toute révolution prochaine, quelle qu’elle soit, ne s’imposera que par ces moyens, qui sont devenus à la mode et qui tendent à passer dans nos mœurs politiques.

Ces moyens tuent les partis qui s’en servent. Ils sont condamnés par le ciel, qui les permet, comme par les masses, qui les subissent. Si la République revient sur ce cheval-là, elle devient une affaire de parti qui aura son jour comme les autres, mais qui ne laissera après elle que le néant, le hasard et la conquête par l’étranger. Vous portez donc dans vos flancs, vous autres qui êtes irrités, la mort de la France. Puissiez-vous attendre longtemps le jour de rémunération que vous croyez souverain et que je crois mortel ! J’espère que les masses s’éclaireront jusque-là, en dépit de tout, qu’elles comprendront que leurs souffrances sont le résultat de leurs fautes, de leur ignorance et de leur corruption, et que, le jour elles seront aptes à se gouverner elles-mêmes, elles