Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/154

Cette page a été validée par deux contributeurs.
151
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

qu’il ne faut jamais s’abstenir, pas une heure, pas un moment !

Je sens la beauté mais non la vérité rigoureuse de cette réponse ; je crois que tout le mal vient de ce que personne ne veut jamais s’abstenir pendant un temps donné. Les uns y sont poussés par leurs passions, les autres par leur vertu, c’est le petit nombre. Mais quiconque serait bien pénétré de l’esprit de l’histoire et de la nature des lois qui régissent les destinées humaines, saurait se mettre en retraite pendant certains jours, et se dirait : « J’ai dans mon âme une vérité supérieure à celle que les hommes acceptent aujourd’hui, je la dirai quand ils seront capables de l’entendre. »

C’est pour la politique seulement que je dis cela ; car, en restant sur le terrain philosophique, socialiste, si vous voulez, on peut et on doit toujours tout dire, et aucun gouvernement n’a le droit de l’empêcher. Les idées ont toujours le droit de lutter contre les idées. Seulement, il y a des temps où les hommes ne doivent pas combattre contre certains hommes, sans motifs puissants et pressants.

Vous me direz encore que je fais, entre la politique et le socialisme, une distinction arbitraire, et que j’ai combattue moi-même mainte et mainte fois. Lorsque je l’ai combattue, c’était contre les politiques précisément qui faisaient, au point de vue du National, ce que le Proscrit est bien près de faire en excluant les hommes à système. Les hommes du Proscrit s’inti-