Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
77
LE MEUNIER D’ANGIBAULT.

ses inférieurs ; on a toujours besoin d’eux un jour ou l’autre, et on doit se les attacher quand ça ne coûte rien.

— Mais si maman me gronde ? avait dit Rose, à la fois heureuse de cette autorisation, et blessée du motif qui la dictait.

— Ta mère ne dira rien. Je lui ai fait la morale, avait répondu M. Bricolin ; et en effet, madame Bricolin n’avait rien dit. Elle n’eût osé désobéir à son seigneur et maître, qui lui permettait d’être méchante avec les autres, à la seule condition qu’elle fléchirait devant lui. Mais comme il n’avait pas jugé à propos de l’instruire de ses vues, comme elle ignorait l’importance qu’il attachait à se conserver l’alliance du meunier dans l’affaire diplomatique de l’acquisition du domaine de Blanchemont, elle avait su éluder ses ordres, et sa condescendance ironique était plus fâcheuse pour le Grand-Louis qu’une guerre ouverte.

Ennuyé de ne pas voir Rose, et comptant sur la protection de son père, qu’il avait vu rentrer à la ferme, Grand-Louis s’y rendit, cherchant quelque prétexte pour causer avec lui et apercevoir l’objet de ses pensées. Mais il fut assez surpris de trouver dans la cour M. Bricolin en grande conférence avec le meunier de Blanchemont, celui dont le moulin était situé au bas du terrier, juste en face de la maison de la Piaulette. Or, M. Bricolin était, peu de jours auparavant, irrévocablement brouillé avec ce meunier, qui avait eu quelque temps sa pratique, et qui, selon lui, l’avait abominablement volé sur son grain. Ledit meunier, innocent ou coupable, regrettant fort la pratique de la ferme, avait juré haine et vengeance à Grand-Louis. Il ne cherchait qu’une occasion de lui nuire, et il venait de la trouver. Le propriétaire de son moulin était précisément M. Ravalard, à qui le meunier d’Angibault avait vendu la calèche de Marcelle. Heureux et fier d’essayer et de montrer son carrosse à ses vassaux, M. Ravalard, tout en venant donner le coup d’œil du maître aux propriétés qu’il avait à Blanchemont, mais n’ayant pas de domestique qui sût conduire deux chevaux à la fois, avait requis les talents du patachon roux qui faisait le métier de conducteur du louage, et qui se vantait de connaître parfaitement les chemins de la Vallée Noire. M. Ravalard était arrivé, non sans peine, mais du moins sans accident, le matin de ce jour de fête. Il avait mis ses chevaux à son moulin et n’avait pas fait remiser sa carrosse, afin que, du haut du terrier, tout le monde pût la contempler et savoir à qui elle appartenait.

La vue de cette brillante calèche avait déjà fort indisposé M. Bricolin, qui détestait M. Ravalard, son rival en richesse territoriale dans la commune. Il était descendu au chemin qui longe la Vauvre pour l’examiner et la critiquer. Le meunier Grauchon, rival de Grand-Louis, était venu lier conversation avec M. Bricolin, sans avoir l’air de se rappeler leur inimitié, et il n’avait pas manqué de le narguer adroitement en lui faisant comprendre que son maître était mieux en position que lui de rouler carrosse. Là-dessus, M. Bricolin de dénigrer le carrosse, de dire que c’était une vieille voiture du préfet mise à la réforme, une brouette sans solidité, et qui ne sortirait peut-être pas de la Vallée Noire aussi pimpante qu’elle y était entrée. Grauchon de défendre le discernement de son bourgeois et la qualité de la marchandise ; puis de dire que cela sortait de chez madame de Blanchemont et que le Grand-Louis avait été le commissionnaire de cette acquisition. M. Bricolin, surpris et choqué, écouta les détails de l’affaire, et sut que le meunier d’Angibault avait décidé M. Ravalard à s’emparer de cet objet de luxe en lui disant que cela ferait enrager M. Bricolin. Le fait n’était malheureusement que trop vrai. M. Ravalard avait fait conversation tout le long de son chemin avec le patachon. Celui-ci, habile à se ménager un bon pourboire, et voyant le bourgeois enivré de sa nouvelle voiture, ne lui avait pas parlé d’autre chose. Il n’y avait rien de plus beau, de plus léger, de plus aimable à conduire que cette voiture-là. Ça devait avoir coûté au moins quatre mille francs, et ça en valait le double dans le pays. M. Ravalard, doucement flatté de cette naïve admiration, avait confié à son guide tous les détails de l’affaire, et ce dernier, en déjeunant au moulin de Blanchemont, en avait bavardé avec le meunier Grauchon. Voyant là que Grand-Louis excitait la haine et l’envie, il avait envenimé les choses autant pour le plaisir de jaser et de se faire écouter, que par suite de la rancune qu’il gardait au Grand-Louis pour l’avoir raillé cruellement le jour de l’aventure du bourbier.

Peu d’instants après que M. Bricolin eut quitté Grauchon, le front plissé et l’air rogue, ledit Grauchon vit entrer Grand-Louis et Marcelle chez la Piaulette. Ce rendez-vous, qui sentait le mystère, le frappa, et il se creusa la cervelle pour trouver là une nouvelle occasion de nuire à son ennemi. Il mit le patachon en embuscade, et, au bout d’une heure, il sut que le Grand-Louis, un inconnu qui avait l’air d’être un nouveau garçon de moulin engagé à son service, la jeune dame de Blanchemont et M. Tailland, le notaire, avaient été enfermés en grande conférence chez la Piaulette ; qu’ils en étaient tous sortis séparément et en prenant d’inutiles précautions pour n’être pas remarqués ; enfin, qu’il se tramait là quelque complot, une affaire d’argent, à coup sûr, puisque le notaire s’en était mêlé. Grauchon n’ignorait pas que cet honnête notaire était la bête noire et la terreur de Bricolin. Devinant à moitié la vérité, il se hâta d’aller informer complaisamment Bricolin de tous ces détails, et de lui faire compliment de la manière dont son favori le meunier d’Angibault servait ses intérêts. C’est cette délation que Grand-Louis surprit en entrant dans la cour de la ferme.

En toute autre circonstance, notre honnête meunier eût été droit à son accusateur et l’eût forcé à s’expliquer devant lui. Mais voyant Bricolin lui tourner le dos brusquement, et Grauchon le regarder en dessous d’un air sournois et railleur, il se demanda avec inquiétude quelle grave question pouvait s’agiter ainsi entre deux hommes qui, la veille, ne se seraient pas donné un coup de bonnet derrière l’église, c’est-à-dire qui ne se seraient pas salués en se rencontrant nez à nez dans le chemin le plus étroit du bourg. Grand-Louis ne savait pas de quoi il s’agissait, ni même s’il était l’objet de cet a parte affecté ; mais sa conscience lui reprochait quelque chose. Il avait voulu jouer au plus fin avec M. Bricolin. Au lieu de le repousser avec mépris lorsque celui-ci lui avait offert de l’argent pour servir ses intérêts au détriment de ceux de Marcelle, il avait feint de transiger avec lui pour une ou deux bourrées avec Rose ; il lui avait laissé l’espérance, et, pour se venger de l’outrage de ses offres, il l’avait trompé.

« Je mériterais bien, pensa-t-il, que ma belle mine fût éventée. Voilà ce que c’est que de finasser ! Ma mère m’a toujours dit que c’était une habitude du pays qui portait malheur, et moi, je n’ai pas su m’en préserver. Si je m’étais montré honnête homme à ce maudit fermier, comme je le suis au fond du cœur, il m’aurait haï, mais respecté et peut-être craint davantage qu’il ne va le faire à présent, s’il découvre que je lui ai dit des paroles de Marchois ! Grand-Louis, mon ami, tu as fait une sottise. Toutes les mauvaises actions sont bêtes ; puisses-tu ne pas boire la tienne ! »

Tourmenté, intimidé et mécontent de lui-même, il alla rejoindre sa mère sur le terrier pour lui proposer de la reconduire à Angibault. Les vêpres étaient finies, et la meunière était déjà partie avec quelques voisines, recommandant à Jeannie de dire à son maître de s’amuser encore un peu, mais de ne pas rentrer trop tard.

Grand-Louis ne sut pas profiter de la permission. Livré à mille anxiétés, il erra jusqu’au coucher du soleil sans prendre goût à rien, attendant ou que Rose reparût, ou que son père vînt lui faire connaître ses intentions.

C’est à l’entrée de la nuit que les habitants du hameau s’amusent le mieux un jour de fête. Les gendarmes, fatigués de n’avoir rien à faire, commencent à reprendre leurs chevaux ; les gens de la ville et des environs grimpent dans leurs carrioles de toute espèce, et s’en vont,