Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
LE MEUNIER D’ANGIBAULT.

tout le monde s’était habitué à ce spectacle déplorable avec une sorte d’indifférence brutale. On n’en avait plus peur, on était las de la plaindre, on subissait sa présence comme un mal inévitable, et si l’on avait des remords, on ne se les avouait peut-être pas à soi-même. Mais cet épouvantable mal qui la dévorait devait avoir ses phases de recrudescence, et on arrivait à celle où son martyre devenait dangereux pour les autres. Il fallait bien enfin s’en occuper. M. Bricolin, assis dehors devant la porte, écoutait d’un air hébété les condoléances grossières de sa famille.

— C’est un grand malheur pour vous, lui disait-on, et vous l’avez supporté trop longtemps sous vos yeux. C’est une patience au-dessus des forces humaines, et il faudrait bien vous décider enfin à mettre cette malheureuse dans une maison de fous.

— On ne la guérira pas ! répondit-il en secouant la tête. J’ai essayé de tout. C’est impossible ; son mal est trop grand, il faudra qu’elle en meure !

— C’est ce qui pourrait arriver de plus heureux pour elle. Vous voyez bien qu’elle est trop à plaindre sur la terre. Mais enfin si on ne la guérit pas, on vous soulagera de la peine de la soigner et de la voir. On l’empêchera de vous faire du mal. Si vous n’y faites pas attention, elle finira par tuer quelqu’un ou se tuer elle-même devant vous. Ce sera affreux.

— Mais que voulez-vous ? je l’ai dit cent fois à sa mère, et sa mère ne veut pas s’en séparer. Au fond, elle l’aime encore, croyez-moi, et ça se conçoit. Les mères sentent toujours quelque chose pour leurs enfants, à ce qu’il paraît.

— Mais elle sera mieux qu’ici, soyez-en sûr. On les soigne très-bien maintenant. Il y a de beaux établissements où ils ne manquent de rien. On les tient propres, on les fait travailler, on les occupe, on dit même qu’on les amuse, qu’on les mène à la messe et qu’on leur fait entendre de la musique.

— En ce cas ils sont plus heureux que chez eux, dit M. Bricolin. Il ajouta après avoir rêvé un instant : Et tout cela, ça coûte-t-il bien cher ?

Rose était profondément affectée. Elle était la seule, avec sa grand’mère, qui ne fût pas devenue insensible à la douleur de la pauvre Bricoline. Si elle évitait d’en parler, c’est parce qu’elle ne pouvait le faire sans accuser ses parents de ce parricide moral commis par eux ; mais vingt fois le jour elle se surprenait à frissonner d’indignation en entendant dans la bouche de sa mère les maximes d’égoïsme et d’avarice auxquelles on avait immolé sa sœur sous ses yeux. Aussitôt que sa défaillance fut dissipée, elle voulut aider sa grand’mère à calmer la folle ; mais madame Bricolin, qui craignait que ce spectacle ne lui fit trop d’impression, et qui avait un vague instinct que l’excessive douleur peut devenir contagieuse, même dans ses résultats physiques, la renvoya avec la dureté qu’elle portait jusque dans sa sollicitude la mieux fondée. Rose fut outrée de ce refus, et revint dans sa chambre, où elle se promena une partie de la nuit, en proie à une vive exaltation, mais n’en voulant point parler, de crainte de s’exprimer avec trop de force devant Marcelle, sur le compte de ses parents.

Cette nuit qui avait commencé par une douce joie, fut donc extrêmement pénible pour madame de Blanchemont. Les cris de la folle cessaient par intervalles, et reprenaient ensuite plus terribles, plus effrayants. Lorsqu’ils s’arrêtaient, ce n’était pas par degrés et en s’affaiblissant peu à peu, c’était au contraire brusquement, au milieu de leur plus grande intensité, et comme si une mort violente les eût soudainement interrompus.

— Ne dirait-on pas qu’on la tue ? s’écriait alors Rose, pâle et pouvant à peine se soutenir en marchant dans sa chambre. Oui, cela ressemble à un supplice !

Marcelle ne voulut pas lui dire quels atroces supplices en effet la folle croyait subir et subissait par la pensée dans ces moments-là. Elle lui cacha l’entretien qu’elle avait eu avec elle dans le parc. De temps en temps elle allait voir la malade ; elle la trouvait alors étendue sur le carreau, les bras étroitement enlacés autour du pied de son lit, et comme suffoquée par la fatigue de crier ; mais les yeux ouverts, fixes, et l’esprit évidemment toujours en travail. La grand’mère, agenouillée auprès d’elle, essayait en vain de glisser un oreiller sous sa tête, ou d’introduire, dans sa bouche contractée une cuillerée de potion calmante. Madame Bricolin, assise vis-à-vis sur un fauteuil, pâle et immobile, portait, dans ses traits énergiques fortement creusés, la trace d’une douleur profonde qui ne voulait pas se confesser à Dieu même de son crime. La grosse Chounette, debout dans un coin, sanglotait machinalement sans offrir ses services et sans qu’on songeât à les réclamer. Il y avait un profond découragement sur ces trois figures. La folle seule, lorsqu’elle ne hurlait pas, paraissait rouler de sombres pensées de haine dans son cerveau. On entendait ronfler dans la chambre voisine ; mais ce lourd sommeil de M. Bricolin n’était pas sans agitation. De temps à autre il paraissait interrompu par de mauvais rêves. Plus loin encore, le long de la cloison opposée, on entendait tousser et geindre le père Bricolin ; étranger aux souffrances des autres, il n’avait pas trop du peu de forces qui lui restaient pour supporter les siennes propres.

Enfin, vers trois heures du matin, la pesanteur de l’orage parut accabler les organes excédés de la folle. Elle s’endormit par terre, et on parvint à la mettre au lit sans qu’elle s’en aperçût. Il y avait sans doute bien longtemps qu’elle n’avait goûté un instant de sommeil, car elle s’y ensevelit profondément, et tout le monde put se reposer, même Rose à qui madame de Blanchemont s’empressa de porter cette meilleure nouvelle.

Si Marcelle n’eût trouvé là l’occasion de se dévouer à la pauvre Rose, elle eût maudit la malheureuse inspiration qui l’avait poussée dans cette maison habitée par l’avarice et le malheur. Elle se fût hâtée de chercher un autre gîte que celui-là, si antipathique à la poésie, si déplaisant dans la prospérité, si lugubre dans la disgrâce. Mais quelque nouvelle contrariété qu’elle pût être exposée à y subir encore, elle résolut d’y rester tant qu’elle pourrait être secourable à sa jeune compagne. Heureusement la matinée fut calme. Tout le monde s’éveilla fort tard, et Rose dormait encore lorsque madame de Blanchemont, à peine éveillée elle-même, reçut de Paris, grâce à la rapidité des communications actuelles, la réponse suivante à la lettre que trois jours auparavant elle avait écrite à sa belle-mère.

Lettre de la comtesse de Blanchemont à sa belle-fille, Marcelle, baronne de Blanchemont.
« Ma fille,

« Que la Providence qui vous envoie tout ce courage daigne vous le conserver ! Il ne m’étonne pas de votre part, quoiqu’il soit grand. Ne louez pas le mien. À mon âge on n’a pas longtemps à souffrir ! Au vôtre… heureusement, on ne se fait pas une idée nette de la longueur et de la difficulté de l’existence. Ma fille, vos projets sont louables, excellents, et d’autant plus sages qu’ils sont nécessaires ; encore plus nécessaires que vous ne pensez. Nous aussi, ma chère Marcelle, nous sommes ruinés ! et nous ne pourrons peut-être rien laisser en héritage à notre petit-fils bien-aimé. Les dettes de mon malheureux fils surpassent tout ce que vous en connaissez, tout ce qu’on pouvait prévoir. Nous temporiserons avec les créanciers ; mais nous acceptons la responsabilité, et c’est en privant l’avenir d’Édouard de l’honorable fortune à laquelle il devait aspirer après notre décès. Élevez-le donc avec simplicité. Apprenez-lui à se créer lui-même des ressources par ses talents et à maintenir son indépendance par la dignité avec laquelle il saura supporter le malheur. Quand il sera en âge d’homme nous ne serons plus du monde. Qu’il respecte la mémoire de vieux parents qui ont préféré l’honneur d’un gentilhomme à ses plaisirs, et qui ne lui auront laissé en héritage qu’un nom pur et sans reproche. Le fils d’un banqueroutier n’aurait eu dans la vie que des jouissances condamnables ; le fils d’un père coupable aura, du moins, quelque