Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
LE MEUNIER D’ANGIBAULT.

broie si je ne vous aime pas ! Et pourtant il y a quelque chose qui me chiffonne toujours.



Tenez, ajouta-t-il lorsqu’ils furent au pied de l’arbre. (Page 47.)

— Comment pouvez-vous me soupçonner encore quand je reviens dans votre Vallée-Noire, seulement pour respirer l’air qu’elle a respiré, lorsque je sais enfin qu’elle est pauvre ?

— Mais ne pourriez-vous pas avoir été courir chez les avoués et les notaires pendant que je vous cherchais ce matin par la ville ? Et si vous aviez appris qu’elle est encore assez riche ?

— Que dites-vous, serait-il vrai ? s’écria Lémor avec un accent douloureux. Ne jouez pas ainsi avec moi, ami ! vous m’accusez de choses si ridicules, que je ne pense pas même à m’en justifier. Mais il y en a une que je veux vous dire en deux mots. Si madame de Blanchemont est encore riche, voulût-elle agréer l’amour d’un prolétaire comme moi, il faut que je la quitte pour toujours ! Oh ! si cela est, s’il faut que je l’apprenne… pas encore, au nom du ciel ? Laissez-moi rêver le bonheur jusqu’à demain, jusqu’à ce que je quitte ce pays pour un an ou pour jamais !

— Alors vous êtes un peu fou, l’ami, s’écria le meunier. Et même vous me paraissez si exagéré dans ce moment-ci, que je crains que ce ne soit une affectation pour me tromper.

— Vous n’êtes donc pas comme moi, vous ! vous ne haïssez donc pas la richesse ?

— Non, par Dieu ! je ne la hais ni ne l’aime pour elle-même, mais bien à cause du mal ou du bien qu’elle peut me faire. Par exemple, je déteste les écus du père Bricolin, parce qu’ils m’empêchent d’épouser sa fille… Ah ! diable ! je lâche des noms que j’aurais aussi bien fait de vous laisser ignorer… Mais je sais vos affaires, après tout, et vous pouvez bien savoir les miennes… Je dis donc, que je déteste ces écus-là ; mais j’aimerais beaucoup trente ou quarante mille francs qui me tomberaient du ciel et qui me permettraient de prétendre à Rose.

— Je ne pense pas comme vous. Si je possédais un million, je ne voudrais pas le garder.

— Vous le jetteriez dans la rivière plutôt que de vous faire un titre pour rétablir l’égalité entre elle et vous ? Vous êtes encore un drôle de corps.

— Je crois que je le distribuerais aux pauvres, comme les communistes chrétiens des premiers temps, afin de