Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
HORACE.

la vanité de son caractère. Ces jeunes gens frivoles, qui ne valaient pas mieux que lui à beaucoup d’égards, avaient du moins reçu du grand monde une sorte d’éducation chevaleresque qui les eût rendus magnanimes, si Horace eût su leur en donner l’exemple. Faute d’avoir pris son rôle de haut, il retombait plus bas qu’il ne méritait d’être.

Il n’en pouvait plus douter. En le ramenant dans leur voiture, quatre ou cinq jeunes gens, feignant de le croire endormi, comme il feignait de l’être, avaient fait entendre à ses oreilles des paroles terribles de sécheresse et d’ironie. Il avait été condamné à ne pas les relever, parce qu’il s’était condamné à ne pas paraître les entendre. Il avait eu envie de crier ; des convulsions furieuses avaient passé par tous ses membres, et, pour la première fois de sa vie, au lieu de céder à son exaspération nerveuse, il avait eu la force de la réprimer, parce qu’il voyait qu’on n’y croirait pas et qu’on serait impitoyable pour son délire. Vraiment c’était un châtiment trop rude pour un jeune homme qui n’était que vain, léger et maladroit.

Au grand jour, Louis de Méran entra dans sa chambre avec un visage si sévère, qu’Horace, ne pouvant soutenir cet accueil inusité, cacha sa tête dans ses deux mains pour cacher ses larmes. Louis, désarmé par sa douleur, prit une chaise, s’assit à côté de lui, et, s’emparant de ses mains avec une bonté grave, lui parla avec plus de raison et d’élévation d’idées qu’il ne paraissait susceptible d’en montrer. C’était un jeune homme assez ignorant, élevé en enfant gâté, mais foncièrement bon ; la délicatesse du cœur élève l’intelligence quand besoin est. « Horace, lui dit-il, je sais ce qui s’est passé cette nuit à ce souper où je n’ai pas voulu me trouver, pour ne pas être témoin des humiliations qu’on vous y ménageait. J’aurais malgré moi pris parti pour vous, et je me serais fait quelque grave affaire avec des gens que, par droit d’ancienneté et par suite d’un long échange de services, je suis forcé de préférer à vous. J’ai fait mon possible pour vous engager à rester chez vous hier ; vous n’avez pas voulu me comprendre. Enfin vous vous êtes livré, et vous avez empiré votre situation. Vous avez commis des fautes que, dans la justice de ma conscience, je trouve assez pardonnables, mais pour lesquelles vous ne trouverez aucune indulgence dans ce monde hautain et froid que vous avez voulu affronter sans le connaître. Vous avez une ennemie implacable, à qui vous pouvez rendre blessure pour blessure, outrage pour outrage. C’est une méchante femme, dont j’ai appris à mes dépens à me préserver. Mais elle est du monde, mais vous n’en êtes pas. Les rieurs seront pour vous, les influents seront pour elle. Elle vous fera chasser de partout, comme elle vous a fait congédier par madame de ***. Croyez-moi, quittez Paris, voyagez, éloignez-vous, faites-vous oublier ; et si vous voulez reparaître absolument dans ce qu’on appelle, très-arbitrairement sans doute, la bonne compagnie, ne revenez qu’avec une existence assurée et un nom honorable dans les lettres. Vous avez eu un tort grave : c’est de vouloir nous tromper. À quoi bon ? Aucun de nous ne vous eût jamais fait un crime d’être pauvre et d’une naissance obscure. Avec votre esprit et vos qualités, vous vous seriez fait accepter de nous, un peu plus lentement peut-être, mais d’une manière plus solide. Vous avez voulu, partant d’une condition précaire, jouir tout d’un coup des avantages de fortune et de considération que votre travail et votre attitude fière et discrète vis-à-vis de nous eussent pu seuls vous faire conquérir. Si j’avais su qu’au lieu de vingt-cinq ans vous n’en aviez que vingt, je vous aurais guidé un peu mieux. Si j’avais su que vous étiez le fils d’un petit fonctionnaire de province, et non le petit-fils d’un conseiller au parlement, je vous aurais détourné de l’idée puérile de falsifier votre nom. Enfin, si j’avais su que vous ne possédiez absolument rien, je ne vous aurais pas lancé dans un train de vie où vous ne pouviez que compromettre votre honneur. Le mal est fait. Laissez au temps, qui efface les médisances et à mon amitié, qui vous restera fidèle, le soin de le réparer. Vous avez du talent et de l’instruction. Vous pouvez, avec de l’esprit de conduite, marcher un jour de pair avec ces personnages brillants dont l’air dégagé vous a séduit, et que vous regarderez peut-être alors en pitié. Vous allez partir, promettez-le-moi, et sans chercher par aucun coup de tête à vous venger des soupçons qu’on a conçus contre vous. Vous auriez dix duels, que vous ne prouveriez pas que vous avez dit la vérité, et vous donneriez à votre aventure un éclat qu’elle n’a pas encore. Vous avez besoin d’argent pour voyager ; en voici : trop peu à la vérité pour mener en pays étranger le train d’un fils de famille, mais assez pour attendre modestement le résultat de votre travail. Vous me le rendrez quand vous pourrez. Ne vous en tourmentez guère ; j’ai de la fortune, et je vous proteste, Horace, que je n’ai jamais eu autant de plaisir à vous obliger que je le fais en cet instant. »

Horace, pénétré de repentir et de reconnaissance, pressa fortement la main de Louis, refusa obstinément le portefeuille qu’il lui présentait, le remercia de ses bons conseils avec une grande douceur, lui promit de les suivre, et quitta précipitamment sa maison. Louis de Méran m’écrivit aussitôt, pour me mettre au courant de toutes ces choses, et pour m’engager à faire accepter en mon nom à Horace les avances qu’il n’avait pas voulu recevoir de lui, et qui lui étaient nécessaires pour se mettre en voyage.

Malheureusement le dévouement de cet excellent jeune homme ne put être aussi promptement efficace qu’il le souhaitait. Horace ne vint pas me voir, et je le cherchai rendant plusieurs jours sans pouvoir découvrir sa retraite.

XXXII.

Il passa donc trois ou quatre jours dans la solitude, en proie aux angoisses de la honte et de la misère, ne sachant où fuir l’une et comment arrêter les progrès de l’autre. Son âme avait reçu la plus douloureuse atteinte qu’elle fût disposée à ressentir. Les chagrins de l’amour, les tourments du remords, les soucis même de la pauvreté ne l’avaient jamais sérieusement ébranlé ; mais une profonde blessure portée à sa vanité était plus qu’il ne fallait pour le punir. Malheureusement ce n’était pas assez pour le corriger. Horace était sans force et sans espoir de réaction contre l’arrêt qui venait de le frapper. Enfermé dans un grenier, errant la nuit seul par les rues, il se tordait les mains et versait des larmes comme un enfant. Le monde, c’est-à-dire la vie d’apparat et de dissipation, cet élysée de ses rêves, ce refuge contre tous les reproches de sa conscience, lui était donc fermé pour jamais ! Les consolations que Louis de Méran avait essayé de lui donner lui paraissaient illusoires. Il savait bien que les gens qui vivent de prétentions, selon eux légitimes, sont sans pitié pour les prétentions mal fondées d’autrui. Il avait assez de fierté pour ne vouloir pas rentrer en grâce en cherchant à justifier sa conduite ; et lors même qu’il eût été assuré de sortir vainqueur aux yeux du monde d’une lutte contre la vicomtesse, la seule pensée d’affronter des humiliations comme celles qu’il venait de subir le faisait frémir de douleur et de dégoût.

Il avait fait tant d’étalage de sa courte prospérité, tant auprès de ses anciens amis que dans sa correspondance avec ses parents, qu’il n’osait plus, dans sa détresse, s’adresser à personne. Et à vrai dire il ne pouvait s’arrêter à aucun projet. Il sentait bien que le plus court et le plus sage était de retourner dans son pays, et d’y travailler à une œuvre littéraire, afin de payer ses dernières dettes et d’amasser de quoi se mettre en route, à pied, pour l’Italie ; mais il n’avait pas ce courage. Il savait que ses parents, abusés sur ses succès littéraires, n’avaient pas manqué de les proclamer sur tous les toits de leur petite ville, et il craignait qu’un beau jour une médisance, recueillie par hasard au loin, n’y vint changer en mépris la considération qu’il s’était faite. Six mois plus tôt, il eût emprunté gaiement et insoucieusement un louis par semaine à différents camarades d’études. Dans