Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
HORACE.

nie, quoique en réalité ce ne fût pas une famille, et que, sans le dévouement absolu et infatigable de la veille femme qui en était le chef et la providence, il n’eût pas été possible aux autres de vivre vingt-quatre heures sous le même toit.

J’étais depuis peu de jours dans le pays, lorsque je reçus un billet d’Horace, daté de sa petite ville, « Ma mère est sauvée, me disait-il. Je retourne à Paris la semaine prochaine ; je passe à vingt lieues de chez vous. Si vous y êtes encore, je puis faire un détour et aller causer avec vous quelques heures sous les tilleuls qui vous ont vu naître. Un mot, et je trace mon itinéraire en conséquence. »

Eugénie fit une petite moue quand je lui dis que j’avais répondu à ce billet par une invitation empressée ; mais lorsque Horace arriva, elle ne lui en fit pas moins les honneurs de notre humble manoir avec l’obligeance digne et simple dont elle ne pouvait se départir.

Madame Dumontet n’avait pas été aussi gravement malade que son mari l’avait écrit à Horace sous l’influence d’une première inquiétude. Le choléra n’avait pas été par là, et Horace avait trouvé sa mère presque rétablie ; mais il n’avait pu s’arracher tout à coup des bras de ses parents, et s’il eût voulu les croire, il aurait passé avec eux le reste de l’été.

« Mais cette petite ville m’est devenue intolérable, dit-il, et j’ai senti cette fois plus vivement que jamais que j’en ai fini avec mon pauvre pays. Quelle existence, mon ami, que cette économie sordide à l’abri de laquelle on végète là, sans honneur, sans jouissance et sans utilité ! Quelles gens que ces provinciaux, envieux, ignares, encroûtés et vains ! S’il me fallait rester parmi eux trois mois entiers, je vous jure que je me brûlerais la cervelle. »

Le fait est que les habitudes modestes, l’esprit de contrôle un peu taquin, et l’obscurité un peu forcée des petites villes, étaient inconciliables avec les goûts et les besoins que l’éducation avait créés à Horace. Ses bons parents avaient tout fait pour qu’il en fût ainsi, et cependant ils étaient naïvement stupéfaits du résultat de leur ambition. Ils ne comprenaient rien aux énormes dépenses de ce jeune homme qu’ils voyaient si dédaigneux des plaisirs de leur endroit, le bal public, le café, les actrices ambulantes, la chasse, etc. Ils s’affligeaient de l’ennui mortel qui le gagnait auprès d’eux, et qu’il n’avait pas la force de leur cacher. Son intolérance pour leur prudence en matière de politique, son mépris acerbe pour leurs vieux amis, son dégoût devant les caresses et les avances des parents campagnards, sa mélancolie sans cause avouée, ses déclamations contre le siècle de l’argent (avec de si grands besoins d’argent), son humeur sombre et inégale, ses mystérieuses réticences lorsqu’il était question de femmes, d’amour ou de mariage, c’étaient là autant de chagrins profonds et dévorants pour eux, et surtout pour la pauvre mère, qui voulait découvrir en lui quelque cause de malheur exceptionnel, inouï, ne voyant pas que les autres enfants de sa province, élevés comme lui, maudissaient comme lui leur sort.

Quelques heures d’entretien avec Horace m’apprirent toute l’anxiété de sa famille, tout l’ennui qu’il en avait ressenti, et tous les torts qu’il avait eus, quoiqu’il ne me les avouât qu’en les présentant comme des conséquences inévitables de sa position. Il était obsédé des questions inquiètes que son père s’était permis de lui faire sur ses études et sur ses projets. Il était supplicié par les recommandations et les instances de sa mère, relativement à son travail et à sa dépense. Enfin, après avoir récriminé, déclamé, pleuré de rage et de tendresse en me peignant l’amour aveugle et inintelligent des chers et insupportables auteurs de ses jours, il conclut à un besoin immodéré de se distraire, afin de secouer tous ses dégoûts, et il me demanda de le mener au château de Chailly, où il avait appris qu’une belle partie de chasse se préparait.

Une heure après, il fut invité par la comtesse elle-même, qui vint, au milieu de sa promenade, se reposer un instant chez moi, comme elle le faisait souvent. Elle avait compris Eugénie au premier coup d’œil, et avait conçu pour elle une bienveillante sympathie. Horace fut frappé de l’amicale familiarité avec laquelle cette grande dame s’assit auprès de la fille du peuple, de la maîtresse du carabin, et lui parla simplement et affectueusement. Il remarqua aussi le bon sens et la dignité qu’Eugénie mit dans cet entretien avec la comtesse. À partir de ce jour il eut pour elle un respect qui se démentit rarement, et abjura presque toutes ses anciennes préventions.

L’arrivée d’Horace au château fut une bonne fortune pour la vicomtesse, qui commençait à s’ennuyer de son entourage, et qui se souvenait d’avoir trouvé de l’esprit et de l’originalité à ce jeune homme. Elle lui fit d’agréables reproches de l’avoir négligée à Paris.

« Vous avez trouvé notre maison ennuyeuse, lui dit-elle avec ce ton où la flatterie tenait de si près à la moquerie qu’il était difficile de savoir jamais laquelle des deux l’emportait ; nous le serons peut-être moins ici ; et d’ailleurs à la campagne, on est moins difficile.

— C’est cette considération qui m’a donné le courage de me présenter devant vous, Madame, » répondit Horace avec une humilité impertinente qui ne fut pas mal reçue.

La vicomtesse ne se connaissait pas plus en véritable esprit qu’en véritable mérite. Elle ne cherchait dans un homme qu’une seule capacité, celle qui consiste à savoir louer et aduler une femme. Au premier coup d’œil elle se rendait compte de l’effet qu’elle pouvait produire sur l’esprit d’un nouveau venu ; et s’il n’y avait pas de prise pour elle sur cet esprit-là, elle ne se donnait point de peine inutile, et le traitait tout de suite en ennemi. En cela consistait tout son tact. Elle ne se compromettait vis-à-vis de personne, et ne reculait devant aucune inimitié. Elle savait se faire assez de partisans pour ne pas craindre les adversaires. Pour juger les hommes qui l’approchaient, elle n’avait donc qu’un poids et qu’une mesure : quiconque ne l’appréciait pas était tenu, sans retour et sans appel, pour un butor, un cuistre ou un sot ; quiconque la remarquait et cherchait à se faire remarquer par elle, était noté et enrôlé d’avance dans la brigade de ses favoris ou de ses protégés. Les manières timides, l’émotion d’un jeune adorateur, lui plaisaient ; mais l’audace d’un fat entreprenant lui plaisait davantage. Froide et maladive, elle ne pouvait pas être tout à fait galante ; mais elle était coquette et dissolue à sa manière, et donnait de prétendus droits sur son cœur, toutes sortes d’espérances, et de minces faveurs, à plusieurs hommes à la fois, tout en ayant l’habileté de faire croire à chacun, qu’il était le premier et le dernier qu’elle eût aimé ou qu’elle dût aimer. Comme il n’est point de méchant caractère qui n’ait, comme on dit, les qualités de ses défauts, on pouvait dire, à sa louange, qu’elle n’avait pas d’hypocrisie avec le monde, et qu’elle n’affectait pas les principes qu’elle n’avait pas. Elle montrait beaucoup d’indépendance dans ses idées et d’excentricité dans sa conduite. Elle ne croyait à aucune vertu ; mais, ne blâmant aucun vice, elle parlait des autres femmes avec plus de loyauté que ne le font ordinairement les femmes du monde. Elle le faisait sans ménagement et sans malice, ne se piquant pas de pudeur à cet égard, et n’en ayant pas plus que de passion.

Horace ne songea pas même à douter de cette supériorité féminine qui recherchait son hommage. Il l’accepta d’emblée, non-seulement parce qu’elle était riche, patricienne, courtisée et parée, et que tout cela était neuf et séduisant pour lui, mais encore parce qu’il avait absolument la même manière de juger les gens, et de les prendre, comme elle, en affection ou en antipathie selon qu’il était goûté ou dédaigné. Dès le premier jour où le regard de la vicomtesse avait croisé le sien, ce mutuel besoin de l’admiration d’autrui qui les possédait s’était manifesté. Leurs vanités réciproques s’étaient prises corps à corps, se défiant et s’attirant comme deux champions avides de mesurer leurs forces et de se glorifier aux dépens l’un de l’autre.

La vicomtesse songea toute la nuit aux trois toilettes