Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
HORACE.

dormis brisé, et je ne m’éveillai qu’au grand jour. Mon premier mouvement fut de chercher Marthe, pour la remercier à genoux de sa miséricorde. Au lieu d’elle, j’ai trouvé ce fatal billet. Dans sa chambre rien n’annonçait un départ précipité. Tout était rangé comme à l’ordinaire ; seulement la commode qui contenait ses pauvres hardes était vide. Son lit n’avait pas été défait : elle ne s’était pas couchée. Le portier avait été réveillé vers trois heures du matin par la sonnette de l’intérieur ; il a tiré le cordon comme il fait machinalement dans ce temps de choléra, où, à toute heure, on sort pour chercher ou porter des secours. Il n’a vu sortir personne, il a entendu refermer la porte. Et moi je n’ai rien entendu. J’étais là, étendu comme un cadavre, pendant qu’elle accomplissait sa fuite, et qu’elle m’arrachait le cœur de la poitrine pour me laisser à jamais vide d’amour et de bonheur. »

Après le douloureux silence où nous plongea ce récit, nous nous livrâmes à diverses conjectures. Horace était persuadé que Marthe ne pouvait pas survivre à cette séparation, et que si elle avait emporté ses hardes, c’était pour donner à son départ un air de voyage, et mieux cacher son projet de suicide. Je ne partageais plus sa terreur. Il me semblait voir dans toute la conduite de Marthe un sentiment de devoir et un instinct d’amour maternel qui devaient nous rassurer. Quant à Arsène, après que nous eûmes passé la journée en courses et en recherches minutieuses autant qu’inutiles, il se sépara d’Horace, en lui serrant la main d’un air contraint, mais solennel. Horace était désespéré. « Il faut, lui dit Arsène, avoir plus de confiance en Dieu. Quelque chose me dit au fond de l’âme qu’il n’a pas abandonné la plus parfaite de ses créatures, et qu’il veille sur elle. »

Horace me supplia de ne pas le laisser seul. Étant obligé de remplir mes devoirs envers les victimes de l’épidémie, je ne pus passer avec lui qu’une partie de la nuit. Laravinière avait couru toute la journée, de son côté, pour retrouver quelque indice de Marthe. Nous attendions avec impatience qu’il fût rentré. Il rentra à une heure du matin sans avoir été plus heureux que nous ; mais il trouva chez lui quelques lignes de Marthe, que la poste avait apportées dans la soirée. « Vous m’avez témoigné tant d’intérêt et d’amitié, lui disait-elle, que je ne veux pas vous quitter sans vous dire adieu. Je vous demande un dernier service : c’est de rassurer Horace sur mon compte, et de lui jurer que ma position ne doit lui causer d’inquiétude, ni au physique ni au moral. Je crois en Dieu, c’est ce que je puis dire de mieux. Dites-le aussi à mon frère Paul. Il le comprendra. »

Ce billet, en rendant à Horace une sorte de tranquillité, réveilla ses agitations sur un autre point. La jalousie revint s’emparer de lui. Il trouva dans les derniers mots que Marthe avait tracés un avertissement et comme une promesse détournée pour Paul Arsène. « Elle a eu, en s’unissant à moi, dit-il, une arrière-pensée qu’elle a toujours conservée et qui lui revenait dans tous les mécontentements que je lui causais. C’est cette pensée qui lui a donné la force de me quitter. Elle compte sur Paul, soyez-en sûrs ! Elle conserve encore pour notre liaison un certain respect qui l’empêchera de se confier tout de suite à un autre. J’aime à croire, d’ailleurs, que Paul n’a pas joué la comédie avec moi aujourd’hui, et qu’en m’aidant à chercher Marthe jusqu’à la Morgue, il n’avait pas au fond du cœur l’égoïste joie de la savoir vivante et résignée.

— Vous ne devez pas en douter, répondis-je avec vivacité ; Arsène souffrait le martyre, et je vais tout de suite, en passant, lui faire part de ce dernier billet, afin qu’il repose en paix, ne fût-ce qu’une heure ou deux.

— J’y vais moi-même, dit Laravinière ; car son chagrin m’intéresse plus que tout le reste. » Et sans faire attention au regard irrité que lui lançait Horace, il lui reprit le billet des mains, et sortit.

« Vous voyez bien qu’ils sont tous d’accord pour me jouer ! s’écria Horace furieux. Jean est l’âme damnée de Paul, et l’entremetteur sentimental de cette chaste intrigue. Paul, qui doit si bien comprendre, au dire de Marthe, comment et pourquoi elle croit en Dieu (mot d’ordre que je comprends bien aussi, allez !…), Paul va courir en quelque lieu convenu, où il la trouvera ; ou bien il dormira sur les deux oreilles, sachant qu’après deux ou trois jours donnés aux larmes qu’elle croit me devoir, l’infidèle orgueilleuse l’admettra à offrir ses consolations. Tout cela est fort clair pour moi, quoique arrangé avec un certain art. Il y a longtemps qu’on cherchait un prétexte pour me répudier, et il fallait me donner tort. Il fallait qu’on pût m’accuser auprès de mes amis, et se rassurer soi-même contre les reproches de la conscience. On y est parvenu ; on m’a tendu un piège en feignant, c’est-à-dire en feignant de feindre une grossesse. Vous avez été innocemment le complice de cette belle machination ; on connaissait mon faible : on savait que cette éventualité m’avait toujours fait frémir. On m’a fourni l’occasion d’être lâche, ingrat, criminel… Et quand on a réussi à me rendre odieux aux autres et à moi-même, on m’abandonne avec des airs de victime miséricordieuse ! C’est vraiment ingénieux ! Mais il n’y aura que moi qui n’en serai pas dupe ; car je me souviens comment on a abandonné le Minotaure, et comment on s’est tenu caché pour laisser passer la première bourrasque de colère et de chagrin. Lui aussi, le pauvre imbécile, a cru à un suicide ! lui aussi, il a été à la police et à la Morgue ! lui aussi, sans doute, a trouvé un billet d’adieu et de belles phrases de pardon au bout d’une trahison consommée avec Paul Arsène ! Je pense que c’est un billet tout pareil au mien ; le même peut servir dans toutes les circonstances de ce genre !… »

Horace parla longtemps sur ce ton avec une âcreté inouïe. Je le trouvai en cet instant si absurde et si injuste, que, n’ayant pas le courage de le blâmer hautement, mais ne partageant nullement ses soupçons, je gardai le silence. Après tout, comme j’étais forcé de le laisser à lui-même jusqu’au lendemain, j’aimais mieux le voir ranimé par des dispositions amères que terrassé par l’inquiétude insupportable de la journée. Je le quittai sans lui rien dire qui pût influencer son jugement.

XXIV.

Lorsque je revins le revoir dans l’après-midi, je le trouvai au lit avec un peu de fièvre et une violente agitation nerveuse. Je m’efforçai de le calmer par des remontrances assez sévères ; mais je cessai bientôt, en voyant qu’il ne demandait qu’à être contredit afin d’exhaler tout son ressentiment. Je lui reprochai d’avoir plus de dépit que de douleur. Alors il me soutint qu’il était au désespoir ; et à force de parler de son chagrin, il en ressentit de violents accès : la colère fit place aux sanglots. En cet instant Arsène entra. Le généreux jeune homme, sans s’inquiéter des soupçons injurieux d’Horace, que Laravinière ne lui avait pas cachés, venait tâcher de lui faire un peu de bien en les dissipant. Il y mit tant de grandeur et de dignité, qu’Horace se jeta dans son sein, le remercia avec enthousiasme, et, passant de l’aversion la plus puérile à la tendresse la plus exaltée, le pria d’être son frère, son consolateur, son meilleur ami, le médecin de son âme malade et de son cerveau en délire.

Quoique nous sentissions bien, Arsène et moi, qu’il y avait de l’exagération dans tout cela, nous fûmes attendris des paroles éloquentes qu’il sut trouver pour nous intéresser à son malheur, et nous voulûmes passer le reste de la journée avec lui. Comme il n’avait plus de fièvre, et qu’il n’avait rien pris la veille, je l’emmenai dîner avec Arsène chez le brave Pinson. Nous rencontrâmes Laravinière en chemin, et je l’emmenai aussi. D’abord notre repas fut silencieux et mélancolique comme le comportait la circonstance ; mais peu à peu Horace s’anima. Je le forçai de boire un peu de vin pour réparer ses forces et rétablir l’équilibre entre le principe sanguin et le principe nerveux. Comme il était ordinairement sobre dans ses boissons, il éprouva plus rapidement que je ne m’y attendais les effets de deux ou trois verres de bordeaux, et alors il devint expansif et plein d’énergie. Il nous témoigna à tous trois un redoublement d’amitié que nous accueillîmes d’abord avec sympathie, mais qui