Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
HORACE.

repentir je devais avoir le contentement et l’énergie d’un amant heureux.

— Ayez-les donc, lui dis-je, mais faites que votre visage et votre contenance n’expriment pas autre chose que ce que vous éprouvez ; car, en ce moment, vous avez, malgré vous, l’air d’un fat. »

J’étais irrité en effet par je ne sais quoi de vain et d’arrogant qu’il avait ce jour-là, et que, pour toute l’affection que je lui portais, j’eusse voulu lui ôter. Je craignais que Marthe n’en fût blessée ; mais la pauvre femme n’avait plus cette force de réaction. Elle fut intimidée, abattue et comme saisie d’un frisson convulsif à son approche. Il la rassura par des manières plus douces et plus tendres ; mais il y eut entre eux une gêne extrême. Horace désirait d’être seul avec elle ; et Marthe, retenue par un sentiment de honte, n’osait plus nous quitter pour lui accorder un tête-à-tête. Il espéra quelques instants qu’elle aurait le courage de le faire, et il suscita divers prétextes, qu’elle feignit de ne pas comprendre. Eugénie craignait de paraître affectée en leur cédant la place, et sur ces entrefaites Paul Arsène arriva.

Malgré tout l’empire que ce dernier exerçait sur lui-même, et quoiqu’il se fût bien préparé à la possibilité de rencontrer Horace, il ne put dissimuler tout à fait l’espèce d’horreur qu’il lui inspirait. Horace vit l’altération soudaine de son visage pâli et affaissé déjà par les angoisses de la nuit ; et, saisi d’un transport d’orgueil insurmontable, il leva fièrement la tête, et lui tendit la main de l’air d’un souverain à un vassal qui lui rend hommage. Arsène, dans sa généreuse candeur, ne comprit pas ce mouvement, et, l’attribuant à un sentiment tout opposé, il saisit et pressa énergiquement la main de son rival, avec un regard de douleur et de franchise qui semblait dire : « Vous me promettez de la rendre heureuse, je vous en remercie. »

Cette muette explication lui suffit. Après s’être informé de la santé de Marthe, et lui avoir serré la main aussi avec effusion, il échangea quelques mots de causerie générale avec nous, et se retira au bout de cinq minutes.

XVII.

Horace n’était pas réellement jaloux d’Arsène au point d’être inquiet des sentiments de Marthe pour lui, mais il craignait qu’il n’y eût entre eux, dans le passé, un engagement plus intime qu’elle ne voulait l’avouer. Il pensait que, pour être si fidèlement dévoué à une femme qui vous sacrifie, il fallait conserver, ou une espérance, ou une reconnaissance bien fondée ; et ces deux suppositions l’offensaient également. Depuis qu’Eugénie lui avait révélé tout le dévouement d’Arsène, il avait pris encore plus d’ombrage. Ainsi qu’il l’avait naïvement avoué, il était blessé d’un parallèle qui ne lui était pas avantageux dans l’esprit d’Eugénie, et qui lui deviendrait funeste dans celui de Marthe, s’il devait être continuellement sous ses yeux. Et puis notre entourage voyait confusément ce qui se passait entre eux. Ceux qui n’aimaient pas Horace se plaisaient à douter de son triomphe, du moins ils affectaient devant lui de croire à celui d’Arsène. Ceux qui l’aimaient blâmaient Marthe de ne pas se prononcer ouvertement pour lui en chassant son rival, et ils le faisaient sentir à Horace. Enfin, d’autres jeunes gens qui, n’étant pour nous que de simples connaissances, ne venaient pas chez nous et jugeaient de nous avec une légèreté un peu brutale, se permettaient sur Marthe ces propos cruels que l’on pèse si peu et qui se répandent si vite. Obéissant à cette jalousie non raisonnée que l’on éprouve pour tout homme heureux en amour, ils rabaissaient Marthe, afin de rabaisser le bonheur d’Horace à leurs propres yeux. Plusieurs de ceux-là, qui avaient fait la cour à la beauté du café Poisson, se vengeaient de n’avoir pas été écoutés, en disant que ce n’était pas une conquête si difficile et si glorieuse, puisqu’elle écoutait un hâbleur comme Horace. Quelques-uns même disaient qu’elle avait eu pour amant son premier garçon de café. Enfin, je ne sais quel esprit fut assez bas, et quelle langue assez grossière, pour émettre l’opinion qu’elle était à la fois la maîtresse d’Arsène, celle d’Horace et la mienne.

Ces calomnies n’arrivèrent pas alors jusqu’à moi ; mais on eut l’imprudence de les répéter à Horace. Il eut la faiblesse d’en être impressionné, et il ne songea bientôt plus qu’à éblouir et terrasser ses détracteurs par une démonstration irrécusable de son triomphe sur tous ses rivaux vrais ou supposés. Il tourmenta Marthe si cruellement qu’il lui fit un crime et un supplice de la vie tranquille et pure qu’elle menait auprès de nous. Il voulut qu’elle se montrât seule avec lui au spectacle et à la promenade. Ces témérités affligeaient Eugénie, et ne lui paraissaient que d’inutiles bravades contre l’opinion. Tout ce qu’elle tentait pour empêcher son amie de s’y prêter poussait à bout l’impatience et l’aigreur d’Horace.

« Jusqu’à quand, disait-il à Marthe, resterez-vous sous l’empire de ce chaperon incommode et hypocrite, qui se scandalise dans les autres de tout ce qui lui semble personnellement légitime ? Comment pouvez-vous subir les admonestations pédantes de cette prude, qui n’est pas sans vues intéressées, j’en suis certain, et qui regarde comme l’amant préférable celui qui peut donner à sa maîtresse le plus de bien-être et de liberté ? Si vous m’aimiez, vous la réduiriez promptement au silence, et vous ne souffririez pas qu’elle m’accusât sans cesse auprès de vous. Puis-je être satisfait quand je vois ce tiers indiscret s’immiscer dans tous les secrets de notre amour ? Puis-je être tranquille lorsque je sais que votre unique amie est mon ennemie jurée, et qu’en mon absence elle vous aigrit et vous met en garde contre moi ? »

Il exigea qu’elle éloignât tout à fait Paul Arsène, et il y eut dans cette expulsion qu’il lui imposait quelque chose de bien particulier. Il craignait beaucoup le ridicule qui s’attache aux jaloux, et l’idée que le Masaccio pourrait se glorifier de lui avoir causé de l’inquiétude lui était insupportable. Il voulut donc que Marthe agît comme de propos délibéré et sans paraître subir aucune influence étrangère. Il rencontra de sa part beaucoup d’opposition à cette exigence injuste et lâche ; mais il l’y amena insensiblement par mille tracasseries impitoyables. Elle n’avait plus le droit de serrer la main de son ami, elle ne pouvait plus lui sourire. Tout devenait crime entre eux : un regard, un mot, lui étaient reprochés amèrement. Si Arsène, obéissant à une habitude d’enfance, la tutoyait en causant, c’était la preuve flagrante d’une ancienne intrigue entre eux. Si, lorsque nous nous promenions tous ensemble, elle acceptait le bras d’Arsène, Horace prenait un prétexte ridicule, et nous quittait avec humeur, disant tout bas à Marthe qu’il ne se souciait pas de passer pour l’antagoniste de Paul, et que c’était bien assez de succéder à un M. Poisson, sans partager encore avec son laquais. Quand Marthe se révoltait contre ces persécutions iniques, il la boudait durant des semaines entières ; et l’infortunée, ne pouvant supporter son absence, allait le chercher, et lui demander pour ainsi dire pardon des torts dont elle était victime. Mais si elle offrait alors d’avoir une franche explication avec le Masaccio, avant de le renvoyer :

« C’est cela, s’écriait Horace, faites-moi passer pour un fou, pour un tyran ou pour un sot, afin que M. Paul Arsène aille partout me railler et me diffamer ! Si vous agissez ainsi, vous me mettrez dans la nécessité de lui chercher querelle et de le souffleter, quelque beau matin, en plein café. »

Épuisée de cette lutte odieuse, Marthe prit un jour la main d’Arsène, et la portant à ses lèvres :

« Tu es mon meilleur ami, lui dit-elle, tu vas me rendre un dernier service, le plus pénible de tous pour toi, et surtout pour moi. Tu vas me dire un éternel adieu. Ne m’en demande pas la raison ; je ne peux pas et je ne veux pas te la dire.

— C’est inutile, j’ai deviné depuis longtemps, répondit Arsène. Comme tu ne me disais rien, je pensais que mon devoir était de rester tant que tu semblerais désirer ma protection. Mais puisqu’au lieu de t’être utile, elle te nuit, je me retire. Seulement, ne me dis pas que c’est pour toujours, et promets-moi que quand tu auras besoin de moi, tu me rappelleras. Tu n’auras qu’un mot à dire,