Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
20
HORACE.

et dans toute la maison. Plus je combattais ma folie, plus elle s’emparait de mon cerveau. Une sueur froide coulait de mon front. Je pensai plusieurs fois à enfoncer la porte : malgré la serrure et la barre de fer, je crois que j’en aurais eu la force dans ce moment-là ; mais la crainte d’épouvanter et d’offenser Eugénie par cette violence et l’outrage d’un tel soupçon, m’empêchèrent de céder à la tentation. Si Horace m’eût vu ainsi, il m’aurait pris en pitié ou raillé amèrement. Après tout ce que je lui avais dit pour combattre les instincts de jalousie et de despotisme qu’il laissait percer dans ses théories de l’amour, j’étais d’un ridicule achevé.

Je ne pus néanmoins prendre sur moi de sortir de la maison. Je songeai bien à passer la nuit à me promener sur le quai ; mais la maison avait une porte de derrière sur la rue Gît-le-Cœur, et pendant que j’en ferais le tour, on pouvait sortir d’un côté ou de l’autre. Une fois que j’aurais franchi la porte principale, soit que le portier fut prévenu, soit qu’il allât se coucher, j’étais sûr de ne pas pouvoir rentrer passé minuit. Les portiers sont fort inhumains envers les étudiants, et le mien était des plus intraitables. Au diable l’hôtesse inconnue et sa réputation compromise ! pensai-je ; et ne pouvant renoncer à garder mon trésor à vue, ne pouvant plus résister à la fatigue, je me couchai sur la natte de paille dans l’embrasure de ma porte, et je finis par m’y endormir.

Heureusement nous demeurions au dernier étage de la maison, et la seule chambre qui donnât sur notre palier n’était pas louée. Je ne courais pas risque d’être surpris dans cette ridicule situation par des voisins médisants.

Je ne dormis ni longtemps ni paisiblement, comme on peut croire. Le froid du matin m’éveilla de bonne heure. J’étais brisé, je fumai pour me ranimer, et quand, vers six heures, j’entendis ouvrir la porte de la maison, je sonnai à la mienne. Il me fallut encore attendre et encore subir l’examen du guichet. Enfin il me fut permis de rentrer.

« Ah ! mon Dieu ! dit Eugénie en frottant ses yeux appesantis par un sommeil meilleur que le mien. Vous me paraissez changé ! Pauvre Théophile ! vous avez donc été bien mal couché chez votre ami Horace ?

— On ne peut pas plus mal, répondis-je, un lit très dur. Et votre hôte, est-il enfin parti ?

— Mon hôte ! » dit-elle avec un étonnement si candide que je me sentis pénétré de honte.

Quand on est coupable, on a rarement l’esprit de se repentir à temps. Je sentis le dépit me gagner, et n’ayant rien à dire qui eût le sens commun, je posai ma canne un peu brusquement sur la table, et je jetai mon chapeau avec humeur sur une chaise : il roula par terre, je lui donnai un grand coup de pied ; j’avais besoin de briser quelque chose.

Eugénie, qui ne m’avait jamais vu ainsi, resta stupéfaite : elle ramassa mon chapeau en silence, me regarda fixement, et devina enfin ma souffrance, en voyant l’altération profonde de mes traits. Elle étouffa un soupir, retint une larme, et entra doucement dans ma chambre à coucher, dont elle referma la porte sur elle avec soin. C’était là qu’était le personnage mystérieux. Je n’osais plus, je ne voulais plus douter, et, malgré moi, je doutais encore. Les pensées injustes, quand nous leur laissons prendre le dessus, s’emparent tellement de nous, qu’elles dominent encore notre imagination alors que la raison et la conscience protestent contre elles. J’étais au supplice ; je marchais avec agitation dans mon cabinet, m’arrêtant à chaque tour devant cette porte fatale, avec un sentiment voisin de la rage. Les minutes me semblaient des siècles.

Enfin la porte se rouvrit, et une femme vêtue à la hâte, les cheveux encore dans le désordre du sommeil et le corps enveloppé d’un grand châle, s’avança vers moi, pâle et tremblante. Je reculai de surprise, c’était madame Poisson.

VIII.

Elle s’inclina devant moi, presque jusqu’à mettre un genou en terre ; et dans cette attitude douloureuse, avec sa pâleur, ses cheveux épars, et ses beaux bras nus sortant de son châle écarlate, elle eût désarmé un tigre ; mais j’étais si heureux de voir Eugénie justifiée, que j’eusse accueilli mon affreuse portière avec autant de courtoisie que la belle Laure. Je la relevai, je la fis asseoir, je lui demandai pardon d’être rentré si matin, n’osant pas encore demander pardon, ni même jeter un regard à ma pauvre maîtresse.

« Je suis bien malheureuse et bien coupable envers vous, me dit Laure encore tout émue. J’ai failli amener un chagrin dans votre intérieur. C’est ma faute, j’aurais dû vous prévenir, j’aurais dû refuser la généreuse hospitalité d’Eugénie. Ah ! Monsieur, ne faites de reproche qu’à moi : Eugénie est un ange. Elle vous aime comme vous le méritez, comme je voudrais avoir été aimée, ne fût-ce qu’un jour dans ma vie. Elle vous dira tout, Monsieur ; elle vous racontera mes malheurs et ma faute, ma faute, qui n’est pas celle que vous croyez, mais qui est plus grave mille fois, et dont je ferai pénitence toute ma vie. »

Les larmes lui coupèrent la parole. Je pris ses deux mains avec attendrissement. Je ne sais ce que je lui dis pour la rassurer et la consoler ; mais elle y parut sensible, et, m’entraînant vers Eugénie, elle hâta avec une grâce toute féminine l’explosion de mon remords et le pardon de ma chère compagne. Je le reçus à genoux. Pour toute réponse, celle-ci attira Laure dans mes bras, et me dit : « Soyez son frère, et promettez-moi de la protéger et de l’assister comme si elle était ma sœur et la vôtre. Voyez que je ne suis pas jalouse, moi ! Et pourtant combien elle est plus belle, plus instruite, et plus faite que moi pour vous tourner la tête ! »

Le déjeuner, modeste comme à l’ordinaire, mais plein de cordialité et même d’un enjouement attendri, fut suivi des arrangements que prit Eugénie pour installer Laure dans l’appartement qui donnait sur notre palier, et que le portier n’avait pu mettre encore à sa disposition, quoique à mon insu il fût retenu à cet effet depuis plusieurs jours. Tandis que notre nouvelle voisine s’établissait avec une certaine lenteur mélancolique dans ce mystérieux asile, sous le nom de mademoiselle Moriat (c’était le nom de famille d’Eugénie, qui la faisait passer pour sa sœur), ma compagne revint me donner les éclaircissements dont j’avais besoin pour la secourir.

« Vous avez de l’amitié pour le Masaccio ? me dit-elle pour commencer ; vous vous intéressez à son sort ? et vous aimerez d’autant mieux Laure, qu’elle est plus chère à Paul Arsène ?

— Quoi ! Eugénie, m’écriai-je, vous sauriez les secrets du Masaccio ? Ces secrets, impénétrables pour moi, il vous les aurait confiés ? »

Eugénie rougit et sourit. Elle savait tout depuis longtemps. Tandis que le Masaccio faisait son portrait, elle avait su lui inspirer une confiance extraordinaire. Lui, si réservé, et même si mystérieux, il avait été dominé par la bonté sérieuse et la discrète obligeance d’Eugénie. Et puis l’homme du peuple, méfiant et fier avec moi, avait ouvert fraternellement son cœur à la fille du peuple : c’était légitime.

Eugénie avait promis le secret ; elle l’avait religieusement gardé. Elle me fit subir un interrogatoire très-judicieux et très-fin, et quand elle se fut assurée que ma curiosité n’était fondée que sur un intérêt sincère et dévoué pour son protégé, elle m’apprit beaucoup de choses ; à savoir : primo, que madame Poisson n’était pas madame Poisson, mais bien une jeune ouvrière née dans la même ville de province et dans la même rue que le petit Masaccio. Celui-ci avait eu pour elle, presque dès l’enfance, une passion romanesque et tout à fait malheureuse ; car la belle Marthe, encore enfant elle-même, s’était laissé séduire et enlever par M. Poisson, alors commis voyageur, qui était venu avec elle dresser la tente de son café à la grille du Luxembourg, comptant sans doute sur la beauté d’une telle enseigne pour achalander son établissement. Cette secrète pensée n’empêchait pas