Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/81

Cette page a été validée par deux contributeurs.


contemple toutes les générations, et quand ils furent assemblés… »

Le reste du texte manque ; mais cette colère de Jupiter, père des humains, ne présage-t-elle pas l’exil de l’Éden, le paradis perdu ? D’après cette version, que Platon dit avoir été communiquée à Solon par un prêtre de Saïs, on ne voit pas que le premier homme ait perdu l’innocence céleste ; mais le dieu Neptune remplace le serpent tentateur ; il séduit, non pas la femme, mais la fille d’Évenor ; il élève ses enfants dans un paradis retranché qu’il peuple ensuite de sa descendance ; mais,