Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.


en philosophes, en artistes, en métaphysiciens et en moralistes. Écoutez ces grands esprits : ils vous diront que l’homme est vraiment le fils de Dieu, tandis que toutes les créatures inférieures ne sont que son ouvrage[1].

  1. Un jeune poëte a résumé ces interrogations, que son espoir domine, par des vers simples et forts :

    Je cherche vainement le sein
    D’où découle notre origine.
    Je vois l’arbre, — mais la racine ?
    Mais la souche du genre humain ?

    Le singe fut-il notre ancêtre ?

    Rude coup frappé sur l’orgueil !
    Soit ! mais je trouve cet écueil :
    Homme ou singe, qui le fit naître ?
          (Le Banquet, poëme, par Henri Brissac.)