Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/258

Cette page a été validée par deux contributeurs.


moins subtile que celle de Téléïa, ne se prêtait qu’à demi à l’initiation qu’elle commençait à recevoir : mais l’amour qu’elle lui portait était si absolu et si croyant, qu’elle interrogeait peu et acceptait sans chercher le doute. Elle répondit naïvement :

« Je tâcherai de me souvenir ; mais, puisque tu le dis, cela est. Faut-il que j’embrasse mon frère ? »

Téleïa mit Leucippe dans les bras d’Éve-