Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/219

Cette page a été validée par deux contributeurs.


murmurait des paroles qui n’avaient plus de sens, il ne se détournait de l’eau que par un instinct de conservation pour ainsi dire mécanique ; il avait perdu la mémoire, il n’avait plus cette notion de l’avenir et du passé qui fait comprendre le présent. Il n’était ni déchu ni avili ; mais il avait rétrogradé moralement de dix années.

Dans cette situation où l’avaient plongé des étonnements, des terreurs et des souffrances physiques et morales au-dessus des forces de l’enfance, il n’était pourtant pas dégradé. L’innocence avait épaissi ses